Le parcours du combattant du chercheur d’emploi à Singapour

Les derniers chiffres viennent de tomber : la population étrangère à Singapour a diminué de 1.6% en 2017.

C’est la première fois que cela arrive en 14 ans. Et ce alors même que la population vieillit et que le taux de fertilité continue de décroître (1.2 enfants par femme, record mondial, même les japonais font plus d’enfants).

Ville de Singapour

Mais il faut bien se rendre compte que depuis quelques années, obtenir un emploi à Singapour est devenu plus dur que par le passé. Et que les étrangers ne sont plus forcément aussi bienvenus qu’avant.

 

1- Il vaut mieux être sur place

Tout le monde vous le dira : il est devenu presque impossible de trouver un emploi depuis l’étranger sauf VIE ou transfert en interne. Et la chance joue un rôle important.

Singapour est une destination attractive pour les Français et les entreprises n’ont plus besoin de faire des ponts en or (c’est à dire des packages expats) pour attirer les meilleurs candidats.

Le parcours du combattant du chercheur d'emploi à Singapour

A noter que présence la présence d’établissements Français tels que l’INSEAD ou l’ESSEC permet aux entreprises françaises de recruter sur place des talents français déjà habitués à la vie dans la Cité-Etat (Bonus indéniable pour les étudiants de ces institutions même si tous ne souhaitent pas travailler à Singapour).

Difficulté supplémentaire : les services de l’immigration à l’aéroport sont devenus très sensibles aux “touristes” qui viennent pour 90 jours. Mieux vaut avoir un hébergement sûr (ils appelleront l’hôtel ou votre hôte pour vérifier vos dires) et ne surtout pas dire que vous restez dans un Airbnb (qui est illégal à Singapour).

 

2- PR or Singaporeans only

La plupart des entreprises sont soumises à des quotas maximums pour les étrangers. Du coup elles “gardent” ces quotas pour des postes où il est impossible de trouver des locaux comme les devs en informatiques (PR signifie Permanent Resident, des étrangers qui n’ont pas besoin de visa de travail et ne rentrent pas dans les quotas).

Si vous voyez des annonces “PR or Singaporeans only” vous avez le choix :

  • Tenter votre chance en espérant qu’il y ait de la place au niveau des quotas (cela arrive).
  • Ou tenter de passer outre les HR et contacter directement les personnes qui dirigent les équipes où le recrutement se fait.

La plupart des HR ont des consignes strictes sur le sujet et votre CV risque de finir aux oubliettes (et les gens respectent souvent les règles à Singapour).

DW Workshop Rochester Park

Le mieux c’est d’essayer de contacter le manager de l’équipe qui pourra “pousser” votre CV le cas échéant si il apprécie vraiment votre profil. Il sera plus facile de décrocher un entretien / poste si vous avez un peu de soutien en interne.

De surcroît vous verrez tout de suite si il y a une chance (ou pas du tout, ce qui peut malheureusement arriver).

 

3- La demande de visa

Félicitations ! Vous avez décrocher votre poste et les HR sont en train de faire votre demande de visa. Mais horreur celle-ci est rejetée. Pas de panique. Plusieurs choses à savoir :

  • Le processus pour recevoir son visa est passé de 7 jours à “En 3 semaines” (c’est écrit noir sur blanc sur le site du MoM)
  • Il n’est pas rare, même voir commun, de devoir faire appel et/ou de refaire une demande de visa plusieurs fois. Même pour des très bon profils.

Le parcours du combattant du chercheur d'emploi à Singapour

D’où l’importance du point #3, avoir un peu de soutien en interne pour que quelqu’un pousse les HR à refaire une demande est cruciale. Il est facile d’abandonner / de favoriser le candidat local pour les HR car cela demande moins de travail et d’efforts.

 

4- La solitude du chercheur d’emploi

Vos amis / partenaire / famille ne se rend pas forcément compte de la difficulté de chercher un emploi à Singapour. La distance n’arrangeant pas forcément les choses.

Mais le pire c’est que tout le monde a un avis sur comment décrocher un emploi à Singapour. Surtout les gens qui n’ont jamais eu besoin d’en chercher un… Et qui ne comprennent pas pourquoi vous n’y arrivez pas (début de réponse ici : Les paradoxes du marché du travail à Singapour).

Emploi Singapour

La plupart des gens pensent que c’est facile et que vous avez la belle vie sous le soleil de la Cité-Etat.

Certains insinueront même vous appréciez votre statut de “Desperate Housewife / Househusband” et que c’est pour ça que vous n’avez toujours pas de job après 3 / 6 / 12 mois (les mêmes personnes qui n’ont jamais dû chercher un emploi à Singapour mais qui vous jugent).

Au stress de la recherche d’emploi s’ajoute celui du regard des autres. Difficile d’en parler à la maison, surtout quand votre moitié a un job très prenant et passionnant alors même que vous avez dû mal à décrocher des entretiens pour des postes ou vous êtes trop qualifié…

 

Une situation à relativiser

Voilà vous savez pourquoi chercher un travail à Singapour est devenu un parcours du combattant. Mais celui-ci n’a rien d’insurmontable.

Il faut surtout un peu de patience et beaucoup de persévérance. 

Il n’est pas rare de pas avoir de retour pendant 3 semaines et de décrocher 3 entretiens la semaine suivante (bon à savoir : quand venir chercher un travail à Singapour).

HDB Bishan Singapour

La situation est tout de même à relativiser. Même si il est plus difficile que par le passé de trouver un emploi à Singapour, cela reste beaucoup plus simple que dans d’autres pays de la région (Chine notamment).

 

PS : oui j’ai trouvé mon job à Singapour tout seul, et oui c’était un peu le parcours du combattant avec des situations hallucinantes ! Je pourrai écrire un livre avec les commentaires et les comportements de m**** auxquels j’ai eu droit à l’époque.

Partager
Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.
  • Beatriz Espinosa

    Merci encore pour cet “éclaircissement” depuis la cité Etat Louis, très utile pour conseiller nos candidats…

    • Merci pour le commentaire Beatriz!

  • Luc Bnnt

    Pour les jeunes diplômé(e)s le WHP peut être une bonne alternative au #3, même si ce n’est que pour 6 mois, si ça se passe bien, il peut (pourquoi pas?) y avoir suffisamment de soutien en interne dans ce lap de temps pour transformer le WHP en EP.

    • Le WHP c’est le super certainement le plus utile pour ensuite décrocher un EP. Mais là aussi les conditions d’obtentions sont beaucoup plus dure que par le passé (nombre maximum de WHP, durée de délivrance allongée,…)