Erwan Macé, Entrepreneur, à Singapour depuis 1988

Arrivé à Singapour avec ses parents dans les années 90, Erwan a eu la chance de découvrir la Cité-Etat à l’aube de son avènement avant de retourner faire ses études en France. Revenu à Singapour pour y créer son entreprise, il pose un regard lucide sur les avantages compétitifs de la ville mais aussi sur la réalité du coût de la vie dans la Cité-Etat.

 

Présentation rapide

Erwan Macé, 40 ans, diplômé à Dauphine d’un DEUG en Sciences Economiques et d’une Maîtrise en Sciences de Gestion (MSG). J’y ai également suivi le cursus parallèle de l’INT (désormais Telecom & Management Sud-Paris) d’où je suis diplômé en Ingénierie des Systèmes d’Information ainsi que les cours de l’INALCO (Langues’O) en langue et civilisation Indonésienne.

Erwan Macé

Je suis arrivé à Singapour en 1988 à l’occasion d’une expatriation professionnelle de mes parents. J’ai fréquenté le Lycée Français de Singapour (LFS) pendant 2 ans avant de poursuivre mes études en France puis de revenir ensuite en Asie (d’abord Jakarta pour un CSN puis Singapour).

Après y avoir travaillé pour une startup locale (Soundbuzz, revendue à Motorola en 2008) ainsi que Google, je me concentre aujourd’hui sur le développement d’applications mobiles via Bitsmedia, société que j’ai créée en avril 2009.

 

Pourquoi Singapour est-elle si populaire auprès des Français ?

Je pense que Singapour rassemble une panoplie d’éléments qui, depuis la France en crise, ont la magie d’y faire miroiter un meilleur quotidien tant sur le plan professionnel que personnel.

Pour ne citer que certains de ces éléments, je pense notamment à:

    • la croissance de l’Asie tirée par la Chine et les pays émergents de la région;
    • sa position de leader régional dans certains secteurs comme le Private Banking et le Wealth Management;
    • la qualité des infrastructures locales;
    • la stabilité économique et politique de cette petite Cité-Etat;
    • sa position géographique qui lui procure un rôle central dans le développement économique de l’Asie du Sud-Est ainsi qu’un hub privilégié pour les séjours touristiques sur les belles plages de la région;
    • le climat;
    • la qualité de l’éducation que l’on peut y offrir à ses enfants (tant dans les écoles locales qu’internationales);
    • une fiscalité allégée;
    • etc….

 

Est-il facile de créer son entreprise à Singapour ?

Singapour est régulièrement élu pays le plus “entrepreneur-friendly” et je pense que cela est bien mérité. A condition bien sûr de résoudre les problèmes de visas et d’immigration, les démarches administratives, toutes réalisables en ligne, sont extrêmement simples et rapides et la fiscalité ainsi que les lois du travail jouent clairement en faveur des créateurs d’entreprises.

 

Quelles sont les pièges à éviter pour les nouveaux expatriés à Singapour ?

La réputation de Singapour comme ville la plus chère du monde commence à se faire connaître mais il est toutefois important de bien réaliser, avant de débarquer ici, à quel point certains postes budgétaires comme le logement, la voiture, la santé ou encore l’école peuvent peser très lourd dans le budget d’une famille.

Marina Bay Financial Center

Il est tout aussi important d’avoir conscience que la faible fiscalité et l’absence de charges sociales ont également un coût, à savoir la quasi inexistence de protections santé, retraite ou chômage auxquelles nous sommes habitués en France. Il faudra donc bien s’assurer de la qualité des couvertures privées souscrites par son employeur ou à titre individuel pour les entrepreneurs.

Par ailleurs, le climat en apparence “beau toute l’année” pourra pour certain s’avérer lourd, humide et épuisant et l’aspect “propre, riche et moderne” peut également vite souffrir de son pendant “artificiel” et “aseptisé”.

 

Quel conseil donnerais tu à un Dauphinois qui hésite à se lancer à Singapour ?

Que les jeunes diplômés commencent d’abord par un stage ou un VIE histoire de goûter à la vie sur place sous tous ses aspects. Pour les plus âgés en milieu de carrière, essayez d’y séjourner 2 ou 3 fois afin de bien gérer vos attentes et planifiez, en fonction de votre style de vie, le niveau de revenue qui vous permettra de vivre correctement.

Lorsqu’on débarque dans un pays pour la première fois, notre curiosité nous pousse forcément à vouloir plus découvrir, plus voyager, etc… Il serait frustrant de ne pas pouvoir en profiter.

 

Merci à Erwan d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Vous pouvez le retrouver sur Linkedin mais également le suivre sur Twitter.

Université Paris-Dauphine - Singapore Chapter

Il s’agit du premier portrait d’une série mettant en avant les parcours des alumnis de l’Université Paris-Dauphine à Singapour.

 

En savoir plus
Partager
Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.