Survivre dans la Cité-Etat : les insultes à Singapour

La pagaille !

Le weekend dernier a vu un nouvel incident s’ajouter à la très longue liste des problèmes du métro à Singapour.

La principale ligne de métro de la ville (qui dessert entre autre Orchard Road et Marina Bay) a dû suspendre son traffic pendant près de 20 heures entre Samedi après-midi et Dimanche suite à une inondation.

Metro de Singapour

Du coup, de nombreux Singapouriens se sont retrouvés piéger au centre-ville. Et certains n’ont pas manqué de faire connaître leur mécontentement. De façon parfois ironique comme ci-dessous.

Mais aussi parfois de façon très peu polie (euphémisme) comme vous pourrez le voir dans le paragraphe suivant.

Si vous avec des enfants près de votre écran ou si vous avez moins de 13 ans, merci de vous arrêter de lire ici ! 

 

LV2 Hokkien swearing

NB : la plupart des mots proviennent du Hokkien et du Teo-Chew. Mais ne soyez pas surpris de voir un Malais ou un Indien (voir un AngMoh) les utiliser. La beauté d’un langage quasi-universel…

CCB / Cibai / Jibai / Chao Chee Bye / PuaCB : désigne une partie de l’anatomie féminine située en dessous de la ceinture. L’ajout de “Chao” ou “Pua” y ajoute l’évocation d’une odeur, à priori peu agréable. De loin l’insulte la plus utilisée dans la Cité-Etat.

KNN / Kanina : suggère un acte sexuel avec votre génitrice. No comment.

Nabei / Nabu : pareil que précédemment mais sans la mention de votre maman.

Lan Jiao : organisme masculin servant à la reproduction. Je vous épargne les variantes sur la taille & cie.

Yao Siew / Yao Siu : Comportement immoral. Précéder de “Pua Peh” indique que vous souhaitez que la personne en question soit frappée de maladies en vue d’une mort précoce. Pas très sympa tout ça.

Limpeh : signifiant littéralement “Votre Père” mais peut s’appliquer à toute personne disposant d’une autorité. Pas forcément une insulte, mais plutôt une manière de se moquer. Peut également s’employer à la troisième personne (façon Alain Delon).

Your grandfather’s Road? : ironique. Désigne le fait que votre grand-père a construit la route, vous donnant de facto une titre de propriété sur celle-ci. Souvent utilisée entre automobilistes lorsque les questions de priorités ou de parking sont à l’ordre du jour.

A noter que de nombreuses variantes existent : street, house,… Cela permet également de constater qu’à une époque pas si lointaine, les Singapouriens bâtissaient eux-mêmes leur ville.

 

Test de Hokkien !

Ci-dessous le tweet d’une jeune Singapourienne excédée par les problèmes de métro. Elle s’adresse directement à SMRT (La RATP locale). À vous de compter le nombre d’insultes qu’elle a réussit à mettre en moins de 140 caractères !

Insultes en Hokkien

Et bien sûr, cela ne s’arrête pas là. En effet la jeune fille découvre qu’Uber est en période de pointe, rendant les trajets plus chers.

Je laisse le mot de la fin à Eisen (un des comptes les plus intéressant à suivre sur Twitter au sujet de Singapour) qui a une analyse parfaite de la situation.

Eisen Singapour

Partager
Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.
  • sonia tissot

    Elle est drôlement en colère cette yh. Quelle classe!

    Your grandfather’s Road? (ça m’a fait mourir de rire celle-ci!)
    Jibai = je m’en souviens… mais les Taiwanais juraient peu donc pas entendu si souvent que ça.

    • Salut Sonia,
      Effectivement certain(e) n’ont pas leur langue dans leur poche! Your grandfather’s road (ou autre) cela reste un classique!