Singapour et Qatar : même combat ?

Résumons la situation :

  • Un petit Etat entouré de grands voisins
  • Une compagnie aérienne à rayonnement mondial
  • Un fond souverain parmi les plus puissants de la planète
  • L’armée la plus moderne de la région
  • Un pays qui dépend de la mer pour la majorité de son approvisionnement
  • Un havre de stabilité dans une région en proie à des conflits locaux (liés à la religion)
  • Un réussite qui attire une certaine jalousie
  • Une volonté d’indépendance historique

A la suite de cet état des lieux, beaucoup de gens pensent à Singapour et pourtant c’est du Qatar dont il est question.

Un petit pays (par la taille) et qui aujourd’hui subit un blocus de la part de ses grands voisins (toujours par la taille)

Le port de Singapour

Le blocus (naval, routier, aérien, interdiction de survol des pays voisins,…) n’est-il pas disproportionné ? Combien de temps le Qatar pourra-t-il tenir à ce rythme ?

 

La loi du plus gros ?

Au final, peu importe que les raisons du blocus soient justifiés ou non. Cet évènement démontre que, de nos jours, les très petits pays sont encore largement à la merci de leurs grands voisins.

  • Peu importe vos alliés (le Qatar abrite la plus grande base américaine du Golfe)
  • Peu importe les organisations internationales (le Qatar est membre de l’ONU depuis 1971)
  • Peu importe votre PIB (185,814$ par habitant, #1 au monde)
  • Peu importe que les gens qui vous bloquent représente près de 20% de vos importations (et 10% de vos exportations)
  • Peu importe que vous organisiez la coupe du monde de Football (et que vous vous affichiez sur le maillot d’un des plus grands clubs de la planète)

La loi du nombre et les jeux politiques ont anéantis, pour l’instant, les nombreux efforts du Qatar a paraître l’égal de ses grands voisins.

 

Des réussites exceptionnelles

Le Qatar comme Singapour jouent “dans la cour des grands”. Bien au dessus de la taille de leur territoire ou de celle de leur population.

Aéroport de Changi à Singapour

Les deux Etats ont essayé de réduire la dépendance à leurs voisins en s’ouvrant au monde et en participant activement au commerce international. Au point de devenir des références mondiales citées en exemples dans de nombreux domaines (le fameux modèle de planification urbaine à Singapour).

Mais finalement c’est sur des aspects plus basiques (encerclement, effet de volume,…) que la réalité du terrain est venu rappeler au Qatar sa position relativement isolée au Moyen-Orient.

 

Singapour / Qatar même combat ?

Pas vraiment, voire pas du tout. En dehors des aspect cités précédemment, les deux pays divergent sur de nombreux points :

  • Sur le plan religieux : Singapour prône une harmonie religieuse. Alors que le Qatar essaye depuis plusieurs années de s’imposer comme un autre centre de l’Islam Sunnite face à l’Arabie Saoudite.
  • Sur le plan financier : les riches de l’Asie du Sud-Est, Hommes Politiques et Militaires en tête, “investissent” (pour ne pas dire autre chose) leur argent à Singapour.
  • Sur le plan des ressources naturelles : Singapour n’a pas grande chose. Les champs pétrolifères et gaziers du Qatar sont un enjeu majeur au Moyen-Orient.
  • Sur le plan diplomatique : Singapour essaye de préserver une certaine neutralité tout en promouvant l’ASEAN. Le Qatar étend son soft power, dans le sport notamment, en essayant de s’imposer comme un acteur qui compte.

Marina bay sands à Singapour

Sur une note plus légère, la plus grande différence c’est sans doute qu’Al Jazeera fasse un travail un peu plus objectif que Singapore Press Holdings (SPH) ou Mediacorp.

 

Si les deux pays peuvent paraître similaire sur le papier. Ils sont pourtant très différents dans la gestion de leurs relations avec leurs voisins et sur la scène internationale. Au final, Singapour entretient des relations moins tendues et plus cordiales avec ses voisins. Pour l’instant.

 

Une situation précaire ?

Le Qatar agace ses voisins de la péninsule arabique à force de vouloir imposer la marque “Qatar”. Et ceux-ci viennent de lui rappeler de façon musclée.

Singapour attise des jalousies liées à sa réussite économique exceptionnelle et son statut de “premier de la classe”

Plusieurs évènements sont aussi venus rappeler à la Cité-Etat la précarité relative de sa situation. Comme Lorsque la Chine a décidé de saisir les véhicules de l’armée de Singapour ou alors que l’Indonésie baptise ses navires de guerre d’après le nom de soldats qui ont fait exploser une bombe dans la Cité-Etat en 1965.

Ville de Singapour

Autant d’épiphénomènes qui peuvent paraître triviaux. Mais qui démontre que Singapour, en dépit de ses efforts constants, n’est pas forcément à l’abri d’un changement de cap politique de ses grands voisins (même si cela est peu probable actuellement).

Et ce le gouvernement de Singapour l’a bien compris. En n’épargnant pas ses efforts pour rappeler aux habitants de l’île que rien n’est acquis. Car il y a encore du chemin à parcourir avant que la Cité-Etat devienne réellement la “Suisse” de l’Asie…

Partager
Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.