Les voitures à Singapour

Avoir une voiture à Singapour est, pour beaucoup, une nécessité (notamment pour les familles). Mais c’est aussi et surtout une marque de statut social.

 

Initial-D versus Gran Turismo

La plupart des conducteurs à Singapour ne savent pas conduire (sans compter le fait que l’examen de conduite dans la Cité-Etat est une vaste blague*). Ce qui en soit n’est pas un souci étant donné que toutes les routes de l’île ont des limitations de vitesse très basse.

Les voitures à Singapour

Ce qui est un problème c’est qu’ils sont aussi “kiasu” sur les routes que dans la vraie vie ce qui rend les routes à Singapour très dangereuses non seulement pour les autres automobilistes, mais aussi et surtout pour les cyclistes, les piétons,…

Syndrome du je paye cher pour conduire ma voiture donc j’ai tous les droits sur la route (surtout vis-à-vis de ceux qui ne payent pas).

 

Tu veux mourir jeune ?

C’est la phrase qu’on a lancé à une collègue avec ses enfants et qui ont manqué de se faire écraser dans leur condo (!).

Les apprentis Ari Vatanen sont légions mais sont encore loin du niveau de notre ami Finlandais ce qui peut conduire à des accidents dramatiques aux conséquences importantes.

Refus de céder la priorité aux piétons, aux bus, aux écoliers, aux autres voitures, changement de file à la dernière minute,…

Sans compter que les clignotants ne sont quasiment jamais utilisés. Le klaxon est aussi un trait de politesse relativement commun (surtout à la sortie des écoles).

 

Dude, where’s My Car?

Outre le prix stratosphériques des voitures dans la Cité-Etat, c’est surtout leur possession (et pas forcément leur utilisation) qui est une marque de richesse.

A Singapour, vous n’achetez pas une voiture pour ses performances, son design ou sa couleur (sauf quand tu possèdes une Lamborghini et que tu ressens le besoin de la prendre en orange fluo ou vert pomme).

Non.

Vous achetez le moment où vous débarquez de votre voiture dans une boîte de nuit, vous achetez le moment ou vous posez les clés sur la table du restaurant, vous achetez le moment où vous évoquez votre véhicule dans une conversation.

Le véhicule en lui-même ne sert que par son prix que tout le monde connaît plus ou moins bien. Véritable “Cock-extension” comme dirait une des mes collègues Singapourienne (je vous laisse le soin de faire la traduction), la voiture est un argument de drague**, de statut social et de pouvoir.

 

Symbole de réussite ?

La réussite en Asie (et également à Singapour) est fortement associé à la richesse et par extension à la façon dont il faut montrer cette réussite : garde temps de marque Suisse (si possible en édition limitée numérotée), sacs de luxe “Made in France” (acheté lors d’un séjour dans la Ville Lumière), vêtements de marques (même les chaussettes) et bien évidemment grosses voitures.

Le but n’étant pas de montrer combien vous gagnez (honnêtement tout le monde s’en fout de combien vous gagnez***) mais combien vous pouvez dépenser (ce qui est tout de suite beaucoup plus visible****). Tout un programme, et ce pour le plus grand bonheur des concessionnaires de l’île.

 

*Si vous n’avez pas votre permis de conduire, passez le à Singapour, super simple à décrocher.

**Testé et approuvé, r-i-d-i-c-u-l-e de voir l’efficacité d’une voiture de sport pour draguer à Singapour. Et pas que des SPG, loin de là…

***Plutôt que d’adapter votre style de vie à vos revenus, adaptez vos revenus à votre style de vie. Et si gagnez plus d’argent est vraiment une nécessité pour vous, et bien changez de métier plutôt que de vous plaindre de la réussite de votre voisin. C’est tellement plus simple de se plaindre que de faire quelque chose pour que ça change.

****Il est toujours intéressant de constater qu’en général les “petits” riches sont toujours ceux qui sont les plus prompts à montrer leur réussite en achetant quantité de signes extérieurs de richesse très visible alors que ceux qui ont une rente confortable (plus de 10 millions d’AUM) sont en général un peu plus discret. Question d’habitude sans doute. 

Partager
Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.