Guillaume, créateur de White As Milk, depuis 5 ans à Singapour

Aujourd’hui c’est (enfin) au tour de Guillaume de se prêter au jeu des portraits de français à Singapour. Depuis plus de 5 à Singapour et après un parcours relativement classique il a décidé de devenir son propre patron en partant d’une idée observation très simple…

 

Présentation rapide !

Guillaume, 33ans, roi de la couche en ligne, oui c’est moi le patron de White As Milk, c’est aussi un peu ce qui explique que je traîne parfois sur les forum de mamans (coucou Singapour Maman ;-)) (mais j ai quand même peur de Singapour Nana, je préfère envoyer des agentes secrètes ;-))

 

Comment es-tu arrivé à Singapour ?

J’ai vu de la lumière et… En fait, plutôt classique quand on voit le parcours des nouveaux arrivants. On est arrivé à deux (avec Madame) mais sans enfants. C’est Madame qui avait sécurisé le job et moi j’ai fait mes petites affaires.

J’ai trouvé un job identique à celui que j’avais laissé en France, à savoir du conseil dans un Big 4. Puis j’ai été exploré les coulisses de la Big Asian Company chez SingTel. Et après ça été l’aventure ! Du conseil en indépendant, dans le crédit carbone pendant un temps, j’ai aidé a lever des fonds pour une start-up à Singapour puis White As Milk est finalement né.

 

Pourquoi Singapour est-elle si populaire auprès des français ?

Populaire ? Vraiment ? Mes parents n’ont aucune envie de venir vivre ici… Plus sérieusement, ça doit être la porte d’entrée en Asie la plus facile pour ceux qui veulent mitiger les risques.

Les têtes brûlées vont directement s’installer au Myanmar, Singapour c’est parfait pour les moins téméraires : on y parle anglais, le marché du travail n’est pas vraiment en berne même s’il faut un peu y faire sa place (il n y a pas de tapis rouge qui est déroulé, mais je laisse tes lecteurs aller lire tous les excellents articles que tu as fait sur le sujet). Et après, les destinations vacances ! Ça, ça fait rêver et c’est la grosse cerise sur le gâteau ! ;-)

 

Qu’est ce qui t’a donné l’idée de lancer White As Milk ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, White As Milk, c’est un site e-commerce qui vend des couches et du lait (mais pas que) sous forme d’abonnement. L’idée m’est venue d’une observation de tous les jours.

White As Milk by Guillaume

Allez je vais faire mon papa et raconter comment ça se passe au début : au premier enfant, on ne sait rien, on découvre. On achète un premier paquet de couches, on change de marque, on apprend a décrypter les cris de son bébé. Puis on voit qu’il crie pour trois raisons : il a faim, il faut le changer, il a décidé de pleurer et y a rien a faire !

Une fois qu’on a les solutions au deux premiers types de cris, la vie va vraiment mieux. Ça veut dire quoi exactement ? On a trouvé la bonne marque de couches qui lui convient et on en change plus. Et surtout ne pas s’amuser a être en rade de lait (pour les mamans qui allaitent, c est facile ;-)).

White As Milk, how it works

Voila, White As Milk fait ça. Et une fois qu’on connait ses marques, les jeunes parents sont livrés directement chez eux tous les mois ! Car si y a vraiment un truc très embêtant à faire c est d’aller au supermarché pour toujours, toujours, acheter la même chose. Et comme ça, on a plus de temps pour rester avec son bébé !

 

Est-il facile de créer son entreprise à Singapour ?

Si tu parles des formalités administratives, en effet c’est pas vraiment compliqué. D’ailleurs, j’étais un peu troublé qu’il y ait si peu d’étapes ou de formalités.

Monter une entreprise n’est pas qu’administratif, il faut trouver son marché, vérifier que son idée fonctionne, la développer et où que l’on  soit dans le monde, je crois que c’est les mêmes difficultés. On peut au moins dire qu’à Singapour, contrairement a d’autres pays, il n’y a pas de bâtons mis dans les roues lorsqu’on crée son entreprise. Et c’est déjà un gros avantage.

 

Le coût de la vie est-il plus élevé à Singapour ou en France ?

Tu veux que j’écrive trois pages sur le sujet ou quoi ? Je pense que c est très dur d’avoir une base comparable.

Il y a moins d’impôts ici qu’en France mais l’école n’est pas gratuite (hormis l’école locale qui, à partir de 6 ans, est gratuite (ou quasi) si on est PR), la santé n’est pas gratuite, on ne cotise pas pour la retraite et il n y a pas d assurance chômage. Disons qu’on retire ça par rapport à la France pour avoir une base comparable.

L’immobilier ? Singapour est certes plus cher, mais à surface égal ou a “facilities” égales il faut voir… Je n’ai jamais regarde les prix des appartements avec piscine, salle de gym et terrain de tennis a Paris…

La nourriture est moins cher si on mange au food court, les transports aussi (à condition de se passer de la voiture). Tout est question de “lifestyle” au final.

Je connais quelqu’un (tiens un entrepreneur aussi [un peu de pub pour lui, car il le vaut bien] qui avait réussi en autonomie (sans subvention parentale et sans piocher dans ses économies) a vivre avec son salaire de stagiaire ! Quand il nous racontait ses week-ends autour de la machine a café le lundi matin, ça avait de la gueule !

 

Quelles sont les pièges à éviter à Singapour ?

Dans le désordre : prendre sa polaire pour aller au cinéma, ne pas se moucher dans les mouchoirs en papier qui sont sur les tables des food courts, ne pas se mettre en plein soleil juste devant la route avant de traverser (so Ang Mo, tu attends 5 mètres plus loin a l’ombre bien sûr), un café ici n’est pas un café mais une boisson chaude sucrée…

 

Buble Tea ou White Coffee, tu choisis quoi ?

White coffee of course ! Et quand il y a le petit goût métallique de la machine a café qui te reste dans la bouche, là tu sais que tu as poussé l’expérience du hawker center un peu trop loin…

 

Merci à Guillaume d’avoir pris le temps de partager son parcours. Il a choisit de quitter un job confortable pour entreprendre et créer son entreprise.  Félicitations à lui et très bonne continuation à White As Milk.

Partager

Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.

  • Maurice HUANG

    “ne pas se moucher dans les mouchoirs en papier qui sont sur les tables des food courts” LOL
    Très sympa ce partage! Très bon site que je viens de découvrir! J’espère un jour avoir le courage comme vous d’aller y vivre et de me lancer dans un projet!

  • plooff

    C’est très bête ce que je vais dire, mais je ne pensais pas qu’il existait réellement des site de vente de couche en ligne comme à un moment dans le film “A lot like love” http://www.imdb.com/title/tt0391304/ (c’est très cul-cul regardez le seulement si vous déprimez) ;)