Florence, Desperate Expat, à Singapour depuis 4 ans

Paris, la Normandie, Londres, Tokyo et maintenant Singapour ! Portrait de Florence, qui s’occupe du blog Desperate Expat (à Singapour) et qui prouve que les temps ont changé et que l’époque des femmes d’expat au foyer est (quasiment) révolue.

Desperate Expat à Singapour

Un témoignage de femme-d-expat-mais-pas-que qui a su prendre des initiatives et porte un regard lucide sur la vie dans la Cité-Etat. Plutôt que de se laisser vivre elle a choisit de reprendre une activité professionnelle, de passer de nouveaux diplômes tout en continuant à écrire sur son blog et bien d’autres choses encore à découvrir.

 

Présentation rapide !

Florence, 37 ans, mariée et 2 enfants, working/studying mum. Apres quelques expérimentations comme chasseuse de tête  puis une tentative d’online business, Je travaille maintenant dans une banque, comme spécialiste en formation. J’étudie a temps partiel un master en Coaching et Consulting traitant des problèmes de management et leadership.

 

Comment es-tu arrivée à Singapour ?

Je suis une parisienne pur sucre a la base, mais j’ai fui le pave parisien dès mon premier job pour 3 ans plutôt tranquilles en Normandie. De façon assez inattendue j’ai été envoyée a Londres par ma société de l’époque.

Gardens by the Bay à Singapour

Apres 3 années géniales, et un bébé,  retour a Paris pour 2 ans en célibat géographique (mon mari étant resté a Londres). Après les grèves étudiantes de 2006, fuite au Japon : mon mari avait des possibilités de mutation, j’ai dit banco.

Apres une année de maman au foyer et suite à la chute de Lehman Brothers, nous avons atterri a Singapour le 28 Novembre 2008. Il y avait une offre de poste intéressante et malgré mon amour du Japon je trépignais de retrouver une activité professionnelle, chose vraiment difficile a Tokyo.

 

Quelle est la chose qui te manque le plus à Singapour ?

De la France ? la seule chose qui me manque vraiment c’est de ne pas voir mes enfants grandir avec leurs cousins. Et mes copines.

De Londres, les belles expositions et le shopping avec vêtements a ma taille !

De Tokyo, les vrais bons sushis, les Tonkatsus divins a 600 Yens, les croquettes de l’échoppe à côté de la gare de Todoroki, les surprises du quotidien… Et même les trains tiens !

 

Le coût de la vie est-il plus élevé à Singapour ou en France ?

Sur cette question, il y a je pense un grand malentendu : l’illusion que parce que Singapour est en plein milieu de l’Asie du Sud-Est et à deux pas de la Chine, tout sera forcément moins cher. Erreur, la vie, a nos standards Européens, y est devenue chère et en particulier pour les fondamentaux. Côté logement, on est sur des prix parisiens, les voitures c’est devenu un véritable luxe. Les vêtements  l’équipement  l’alimentation européenne tout cela est aux prix européens  voire un peu plus.

L’ensemble des prix a de toute façon augmente sur ces 4 dernières années, à coup de 5% d’inflation par an. De plus, certains éléments fournis en France en apparence à bas coût pour l’usager (la couverture sociale avec un système de sante très performant, l’Éducation,…) est payant a Singapour,  Les expats “avec package” le ressentent moins, bien sûr.

Par contre, si l’on décide de vivre comme un local, en HDB, en se fournissant uniquement en produits a couleur locale, en mangeant uniquement au food court, en envoyant les enfants a l’école locale, oui alors la c’est quand même moins cher….mais bon il est fort possible aussi qu’on soit payé comme un local, ou quasi !

Ceci étant dit, si on prenait la question par l’autre cote de la lorgnette ? Qu’obtient on pour le prix payé entre la France et Singapour ? Par exemple, pour 15% d’impôts sur le revenu, 7% de TVA et 1500 SGD de taxe d’habitation, nous vivons dans un environnement sécurisé  propre et efficace, et l’administration fonctionne bien… Côté efficience, c’est pas mal, et en tant que contribuable, je suis plus que satisfaite.

Campus de la Singapore Management University (SMU) à Singapour

Les frais scolaires, certes je râle chaque trimestre, mais au bout du compte mes enfants sont aux petits soins dans un établissement ultra équipe et apparemment légèrement en avance sur le programme métropolitain. Value for money… De même pour le logement, puisque bon an mal an ce que je paye pour mon logement à Bishan comprend une piscine, une salle de sport, une sécurité 24/24 et une résidence très bien entretenue.

A vue de nez pour cette somme on pourrait se loger avec la même surface dans le 11/19/20ème arrondissement de Paris  : si on est dans le même ordre de grandeur en termes de distance avec les quartiers d’affaires, Bishan l’emporte haut la main en termes de propreté et sécurité de l’environnement… (désolée s’il y a des lecteurs parisiens, mais c’est la réalité…).

 

Quelles sont les pièges à éviter pour les nouveaux expatriés à Singapour ?

Se faire prendre au piège du “il faut trouver un appart vite !” , ne se faire balader par son agent que dans les condos / quartiers à expats et s’interdire de visiter autre chose que des condos parce que les HDB font trop HLM. Bref, prenez le temps… Et parcourez de façon assidue le site PropertyGuru bien sûr !

Et penser qu’un Laksa est aussi épicé que le curry de l’indien de votre quartier à Paris… Ce fût mon premier plat au food court, et j’en ai encore chaud aux joues.

 

Un appart à Singapour, un statut de PR, quelle est la prochaine étape ?

Une maison de vacances sur une île de rêve en Thaïlande ou en Malaisie ! bon je plaisante mais certains de mes Directeurs en ont une, et j’avoue, ça fait rêver :-) Plus sérieusement  je suis en pleine réflexion professionnelle, et Singapour serait le terrain de jeu idéal pour ce qui semble être ma voie de prédilection…

Berjaya resort - Tioman Island (Malaisie)

Donc pour l’instant on reste. Mais on ne serait pas contre un séjour de 2 ans au Japon quand les enfants seront assez grands pour se débrouiller seuls. Et si tout m’étais permis (grande maison, possibilité de mettre mes enfants au Lycée Français…), c’est a Londres que je reviendrai…

 

Bon au final, pas si desperate que ça la vie à Singapour ?

Absolument pas ! Desperate Expat, c’est une référence a la série bien connue et a ma vie de femme au foyer lorsque j’étais au Japon. Aujourd’hui je lis tellement de choses sur ces “pauvres femmes d’expats” qui vivent mal leur expatriation, alors que dans le même temps il y a pas mal de nénettes qui s’épanouissent dans des activités personnelles et professionnelles.

Quelque part, je pense que l’expatriation qui devient moins confortable pousse les femmes a trouver de nouvelles ressources et a se prendre en main. Je crois que la vraie desperate expat est sur le déclin a vrai dire !

 

Oysters Omelette ou Century Eggs, tu choisis quoi ?

Sans hésiter l’oyster omelette , notamment celle du food court de Ion (si le stall y est encore ! et en la matière rien n’est moins sur). Les century eggs, au final ce n’est pas si mauvais mais ce n’est vraiment pas appétissant  Pour tenter, je recommande ceux de Din Tai Fung, qui sont un peu sucrés.

 

Merci à Florence d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. N’hésitez pas à suivre ses aventures sur son blog. Et à très bientôt à Singapour !