Les pièges de la location à Singapour

C’est toujours les mêmes pièges

Toujours les mêmes annonces de locations : des superbes photos de chambres, des condos très bien situés, des agents réactifs qui parlent bien anglais, pas d’engagement de durée, pas d’obligation de visas et cerise sur le gâteau : les utilities (électricité, gaz et eau) sont comprises dans le prix. 

Les appartements sont équipés : de la machine à laver à Internet en passant par la télé et la maid. Il suffit de venir poser ses baggages et de profiter de la vie à Singapour. Le rêve. 

la location à Singapour

Evidemment tout cela se paye et ce genre de location sont plus chères que les autres. Cela reste alléchant surtout quand on vit à l’étranger et que l’on souhaite avoir un logement avant d’arriver à Singapour.

Mais la belle proposition sur le papier devient tout de suite moins sympa au bout de quelques jours dans l’appart.

 

Retour à la réalité

– Semaine 1 : d’abord c’est une carte d’accès qui ne fonctionne pas tout le temps (cela arrive vous vous dîtes) mais aussi des voisins qui se méfient de vous en dépit de votre bonne humeur.

– Semaine 2 : l’agent si disponible est tout de suite plus difficilement joignable, vous n’avez toujours pas croisé vos colocs et vous vous demandez même si ils vivent réellement dans l’appart.

– Semaine 3 : vous avez la bonne surprise d’avoir des d’inconnus, de façon quasi hebdomadaire, qui visitent l’appart… Vos colocs sont des fantômes qui changent régulièrement et peuvent disparaître du jour au lendemain,

– Semaine 4 : cela commence à vous embêter un peu et vous regrettez d’avoir signer une location dans un condo dortoir et vous commencer à relire votre contrat d’autant que vous vous rendez compte que vous payez un prix bien supérieur à celui du marché.

 

Pourquoi les contrats sont légaux ?

D’abord pour vous faire payer les frais d’agents, ensuite pour vous empêcher de partir lorsque vous vous serez rendu compte de la situation et du prix que vous payez*.

En général il y a moyen de s’arranger à l’amiable à condition que vous trouviez un remplaçant dans la location. Autant dire que vous allez vous faire un ennemi à Singapour.

Les utilities sont comprises dans le prix mais généralement il y a toujours une clause qui stipule que la différence entre les utilities comprises (en général 100$ par mois) et les vraies factures seront déduites de votre deposit : pour faire simple vous allez avoir du mal à récupérer l’intégralité de votre caution.

 

Comment détecter un condo dortoir ?

Très simple, en général l’agent a toujours plein de chambres disponibles dans le même condo : master room, common room, étage haut ou bas… Il y en a pour tous les goûts et surtout tous les budgets de location.

Ensuite lors de la visite il y a des signes qui ne trompent pas : en général il y a des panneaux et des manuels partout dans l’appart pour vous expliquer comment utiliser la machine, le four, la salle de bain,… Et ceux-ci sont redigés en chinois et anglais.

Evidemment vos ne voyez jamais les autres colocs ou alors ceux-ci ne prennent même pas la peine de vous dire bonjour. En général il y a quelqu’un qui vit dans le bomb shelter (et qui lui n’a pas de contrat vu que c’est interdit**) et le salon a été supprimé pour devenir une autre chambre.

Notez que la chambre que vous visitez n’est jamais celles des photos… Puisque l’agent vous expliquera que celle-ci vient d’être louée (pas de bol).

 

L’intendant

Pour les très gros condos (c’est à dire lorsqu’un agent commence à avoir beaucoup d’appartement dans un condo) il est fort probable que celui fasse appel à un intendant.

C’est l’homme (ou la femme) de main de l’agent, il veille à ce que tout le monde paye le loyer mais aussi de toute l’intendance du condo (réparations, secrétariat pour récupérer les clés, duplicata de cartes d’accès, gérer les problèmes mineurs,…).

Il s’occupe en général de 5 à 6 apparts en location dans la résidence en échange du logement gratuit. Il parle toujours chinois et est très sympa mais n’oubliez jamais qu’il est à la solde de l’agent qui est son patron en quelque sorte.

Il fait également office d’agent dans le sens où il vous demande toujours si vous avez des amis intéressés pour venir vivre dans le condo. Il touche une commission (une partie du loyer) pour chaque personne qu’il recommande (ou que vous lui recommandez) à l’agent.

 

Les colocataires

Lors des visites vous ne verrez JAMAIS les autres colocs hormis l’intendant si vous êtes dans son appart. La raison est simple : ils changent tout le temps.

Un jour vous êtes avec une famille de chinois qui vivent à 4 dans une chambre, le lendemain un ingénieur indien et la semaine suivante une étudiante du Vietnam…  De surcroît il arrive qu’il y ait des immigrés illégaux*** qui parlent rarement anglais (et à qui l’intendant intime l’ordre de ne pas parler aux autres colocs,…).

 

Pourquoi ça fonctionne (très) bien

Parce que de nombreuses personnes sont à la recherche des locations de courtes durées (3 mois, 4 mois, 6 mois) et que c’est la solution la plus simple vu que tout est compris.

Le fait d’avoir un contrat est rassurant, d’autant que l’agent vous fera le contrat avant même que vous arriviez. Et si vous n’avez pas de visa il a toujours un moyen de s’arranger pourvu que vous lui versiez des arrhes.

Ensuite pour certaines nationalités (chinois, indiens, philippins,…) c’est le seul moyen  de trouver une location vu que peu de propriétaires Singapouriens acceptent de leur louer des appartements (mais également dans les colocs, inutile de se le cacher la majorité des colocs préfèrent des immigrés d’Europe ou d’Amérique du Nord).

Pour les propriétaires de ces apparts, ils sont au final peu regardants du moment que l’argent rentre (l’agent leur offre un meilleur prix que le marché).

 

Quels sont les condos concernés ?

Pour les agents le but est d’être en monopole sur certains condos. Une fois celui-ci acquis ils font flamber les prix comme à City Square Residences ou Kovan Melody. Je ne dis pas que ces condos sont à fuir, mais le fait d’avoir un va et vient incessants de personnes n’est franchement pas un gage d’environnement de qualité.

Sans compter que cela a un impact sur les gardes qui ont tendance a alors durcir les conditions d’accès au condo (vérification des identités) mais aussi de la piscine, de la salle de gym,…

Toutes les annonces dans ces condos ne sont pas celle de dortoirs mais un nombre important d’appartements dortoirs s’y situent.

 

L’offre et la demande

Attention, ce n’est pas une arnaque. Le contrat est légal et vous avez signé pour occuper une chambre et en général rien d’autre. A priori ce système va continuer et s’amplifier étant donné que les prix des locations sont toujours très élévés et que c’est le seul moyen pour beaucoup de personnes de trouver une location.

En effet beaucoup de propriétaires à Singapour préfèrent louer uniquement à des familles ou à certaines nationalités créant de facto des déséquilibres qui sont exploités par des agents peu scrupuleux qui louent puis sous-louent des apparts entier afin de tirer parti du nombre toujours plus important d’immigrés dans la Cité-Etat.

Cela reste une solution acceptable si vous restez 3 mois, mais n’hésitez pas à approfondir vos recherches plutôt que de choisir la solution la plus simple que vous allez payer au prix fort pour une prestation relativement médiocre au final.

 

* Vous penser que 100 ou 200$  de différence par mois pour une location ce n’est rien ? A la fin de l’année cela fait entre 1,200 et 2,400 soit deux allers-retours en France. 

** Prix moyen de la location (illégale) d’un bomb shelter : entre 400 et 600$ par mois. 

*** Je me rappelle encore le coup de fil d’un ami paniqué qui m’a annoncé que la Police avait débarqué chez lui avec les photocopies de passeport de ses colocs chinois (qui venaient sans doute d’être arrêtés) et les policiers qui lui demande son contrat de location, ses papiers et où se trouve l’intendant (Le condo en question est un condo dortoir proche de Farrer Park MRT).