Un vendredi soir comme un autre

Vis ma vie à Singapour…

Vendredi soir, tout commence par un Long Black à The PigeonHole qui s’associe à Kittywu Records pour l’expo Rock! Paper! Poster! et propose de très belles affiches de concerts : en vrac Sigur Ros, Radiohead, Explosions in the Sky…

Et même un poster d’Envy, groupe de post-hardcore japonais qui a fait un excellent split avec Thursday en 2007.

Les discussions tournent essentiellement autour des concerts dans la région avec Rayner et Ave, la programmation est famélique, désolant. Tanjong Pagar est encore calme à cette heure.

Direction ensuite le bar / restaurant 15 minutes pour se restaurer, pas de chance, la cuisine est déjà fermée, du coup il faut se contenter de commander à boire.

Assis dans les confortables fauteuils en face de la baie vitrée, nous contemplons les bâtiments fantastiques du Lasalle College of the Arts qui héberge le bar… La batterie de mon iPhone me trahit (encore), plus d’horloge pour le reste de la soirée…

 

Un peu plus tard…

Cap sur la Singapore Management University pour explorer l’installation Green Invaders qui est marrante, en revanche aucun commentaires à faire sur l’installation Lampounettes, sans doute aussi parce que cela n’a aucun interêt.

Traverser la rue pour aller au SAM (Singapore Art Museum) est une vrai expédition, les gens conduisent toujours aussi mal à Singapour et n’ont aucun respect pour les piétons.

Nous arrivons sains et saufs de l’autre côté de Bras Basah Road et nous faufilons dans la masse de badauds pour rejoindre directement le deuxième étage du SAM.

C’est alors le moment de se lâcher : cris et mouvements désordonnés en face du Reactive Wall (Mojoko x Shang Liang), nous faisons un usage disproportionné des mégaphones à disposition.

Assoiffés par nos performances vocales, nous nous égarons dans le patio du SAM, le tarif prohibitif des consos et la contenance ridicule des verres nous font regretter 15 minutes, en revanche c’est l’occasion de rencontrer du monde,… bavardages, rigolades,… Il est temps d’aller danser !

Nous nous engouffrons dans la Glass Hall du SAM qui héberge la soirée Dope.sg x Le Pompom.

 

Juste un moment…

Un des guests nous offre une bouteille de vodka, sec. DJ has (dont l’interview est disponible dans le dernier Juice) officie aux platines avant que le collectif Pain-O-choKolat ne prenne la relève et continuer de faire vibrer la salle. La fatigue commence à se faire sentir.

Je me perds dans les bras d’une copine, il est temps pour nous de nous éclipser.

Soirée Dope.sg x Le Pompom

Les jambes sont lourdes, les estomacs commencent à se manifester bruyamment, nous rentrons précipitamment dans le premier bar ouvert, donc chez Molly Roffey’s (vrai-faux pub anglo-saxon perdu sur Bras Basah road). Une tournée de bières et une assiette de Tomato Brushetas plus tard et il est temps de regagner nos bases.

Un véritable ballet de taxis balaye le centre-ville, un signe de la main suffit pour trouver un carrosse en moins de 15 secondes. Direction le Nord-Est via la CTE, un coup d’oeil rapide au compteur m’indique qu’il est seulement 2h30 du matin… Encore un vendredi soir comme un autre à Singapour.

Et la semaine prochaine tout recommencer.