Quels sont les quartiers les plus huppés de Singapour ?

Singstat, l’agence gouvernementale en charge des statistiques de l’île, vient de révéler le revenu moyen par foyer des différents quartiers de Singapour.

Information intéressante car elle permet de savoir si le quartier que vous habitez (ou celui où vous souhaitez vous installer) est plutôt huppé ou modeste.

Quels sont les quartiers les plus huppés de Singapour ?

Car en fonction de l’environnement les prix des logements mais aussi les commerces alentours ne seront absolument pas les mêmes.

A noter : Singapour étant un pays sûr, vivre dans un quartier modeste des heartlands est probablement beaucoup sûr que vivre dans n’importe quel coin de France.

 

Quels sont les quartiers les plus riches de Singapour ?

Sans surprise Tanglin, Bukit Timah et Novena sont les quartiers où l’on retrouve les revenus les plus élevés puisque plus de 25% des foyers y gagnent plus de 20,000$ par mois.

Quartiers riches de Singapour

Cette proportion montant même à 51% à Tanglin (Qui regroupe des rues comme Grange Road, Patterson Hill ou encore Ardmore Park).

Plus de la moitié des foyers de Tanglin gagnent plus de 20,000$ par mois

Les quartiers résidentiels ayant une forte proportion de villas et maisons comme Serangoon (le quartier des français de Singapour) et Marine Parade font également partis des quartiers huppés avec près d’un foyer sur cinq gagnant plus de 20,000$ mensuel.

Le cas de Bishan est légèrement différent : la présence de très bonnes Ecoles dans le quartier attirent de très nombreuses familles (voir l’article : Pourquoi Bishan est-il si populaire auprès des Singapouriens).

HDB Bishan Singapour

A noter tout de même que ces quartiers sont plutôt exclusifs et relativement moins peuplé que le reste de l’île. Les populations combinées de Tanglin, Bukit Timah et Novena ne représentent même pas 50% de la population du quartier de Jurong !

 

Les retraités vivent au centre de l’île (et les jeunes en périphérie)

Là encore pas de surprise, la majorité des retraités vit au centre de l’île. Dans les premiers quartiers HDB construits dans les années 1960. Il faut garder à l’esprit un aspect particulier de la ville :

A Singapour, les habitants achètent leur HDB pour la vie

Ainsi les quartiers de Bukit Merah (Tanjong Pagar, Tiong Bahru,…), Outram et Queenstown affichent plus de 15% de foyers retraités.

Rien d’étonnant non plus à ce que Tanjong Pagar compte près de 20% de retraités. Tanjong Pagar fût le premier “HDB Estate” de Singapour. Les retraités vivent au centre de l'île

A l’inverse, dans les nouveaux Estates comme Punggol, Sengkang ou Choa Chu Kan, cette proportion tombe à moins de 5%. En effet ces nouveaux quartiers sont presque exclusivement composés de “BTO” (Appartement HDB de type Build To Order) accessibles quasi-exclusivement aux jeunes couples.

Vous avez donc beaucoup plus de chances de tomber sur un “uncle” ou une “aunty” comme voisins de palier à Tiong Bahru qu’à Punggol.

 

Source : Singstat

*Avec moins de 2% de chômage, la part des foyer sans revenu du travail pour cause de chômage est extrêmement faible. L’écrasante majorité (>99%) des foyers sans revenus est en fait composé de retraités touchant leur CPF (Retraite Singapourienne). 

Partager
Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.
  • Fabien Pascal Boythias

    Analyse intéressante. Ça explique en partie pourquoi le gouvernement débloque des résidences. Ça doit sûrement permettre d’éviter une concentration de retraités à un endroit.

    • Le gouvernement incite aussi les personnes à la retraite à “downgrader” leur HDB en passant sur des HDB de 3-pièces (au lieu de 4 pièces) dans une new town (plutôt qu’un mature estate). Mais pour l’instant peu de succès car la plupart des retraités louent une ou plusieurs chambres pour arrondir leur fin de mois (et comme ils sont dans les matures estates, il y a toujours beaucoup de demande pour la location et les prix sont beaucoup plus élevés). Du coup pour l’instant c’est un peu figé.