7 réalités à connaître sur la vie à Singapour

Grâce aux reportages de France 2  (et en attendant la prochaine vague médiatique grâce au Bachelor), Singapour n’a jamais été aussi populaire auprès des français ! Et il faut dire que la propagande que font les français sur Facebook aide beaucoup à l’image fantastique de la Cité-Etat. 

Mais derrière les photos de piscine et des weekends à la plage, quelles sont les réalités de la vie à Singapour, tour d’horizon sur les éléments les plus subjectifs.

 

1- Les appartements de rêve

La promesse : Les condos; ces appartements flambants neufs et tout équipé au centre ville, certes cela coûte cher (même très cher) mais à ce prix là vous avez une piscine Olympique, une salle de sport fantastique, des courts de tennis,… Vous avez l’impression de faire partie d’une élite qui peut se permettre un style de vie comfortable.

Condo sur l'île de Sentosa

La réalité : la picsine dans le condo c’est sympa mais vu le nombre de fois où vous y allez ce n’est pas forcément très rentable de vivre en condo et du coup vivre en HDB n’est pas forcément un mauvais choix (mais pour des questions d’images de nombreux français préfèrent vivre dans un vieux condo pour ne pas être étiquetté pauvre par les autres français*).

De sucroît certains HDB n’ont rien à envier aux condos.

 

2- Les weekends à l’étranger

La promesse : les fameux weekends à Bali, Hanoi, Phuket,… Tous les français à Singapour passent apparemment tous leur weekends en dehors de la Cité-Etat à boire des mojitos au bord de la plage entre une séance de plongée et un massage.

La plage en Malaisie

La réalité : les weekends de dernière minute à Bali c’est cool mais vu le trou dans votre budget, la prochaine fois mieux vaut acheter les billets à l’avance.

Au début il est facile de se faire plaisir pour ce genre de choses, et au final vous guettez la parution des jours fériés sur le site du MoM pour rusher tel un zerg** les sites d’AirAsia, Jetstar et Tiger pour les bonnes affaires.

 

3- Les impôts

La promesse : Il n’y a pas ou peu de taxes à Singapour, la TVA est à 7% et l’impôt sur le revenu est ridicule (ne parlons même pas de l’impôts sur les sociétés ou les charges sur les salaires).

Salaire moyens à Singapour

La réalité : oui les taxes sont bien moins importantes qu’en France mais il y a également des taxes qui ne sont payées que par les étrangers. Vous voulez acheter un appartement ? 15% du prix d’achat en taxe à régler comptant (ABSD).

Par ailleurs les stock-options sont imposables dans la Cité-Etat. Cela reste tout de même un des points où l’image de Singapour est juste : les impôts sont relativement peu élevés (hormis immobilier).

 

4- Les contrats de travail

La promesse : parce qu’il n’y a pas de charges salariales ou patronnales, salaires bruts = salaires nets. Voir des jeunes diplômés qui commencent en CDI à 4,500$ par mois (soit 2,600 euros net) n’est pas anormal dans la Cité-Etat. Le marché du travail est très flexible, et il est courant de voir des salariés avoir des grosses augmentations pour les retenir ou les attirer dans une entreprise.

Les banques à Singapour

La réalité : le salaire est sympa mais vous n’avez ni chômage, ni sécurité sociale, ni retraite et seulement 14 jours de congés par an. Le préavis en cas de licenciement est d’un mois et surtout si on vous licencie, vous perdez votre visa et retournez sur un visa de tourisme.

 

5- Les visas

La promesse : il est toujours facile d’obtenir un visa de travail à Singapour en dépit du durcissement des lois sur l’immigration.

Dans le sac de Louis

En réalité : les règles changent très vite (d’un mois sur l’autre parfois) et l’attribution des visas devient de plus en plus opaques sans compter que les délais d’obtention s’allongent. Quant au statut de PR (Résident Permanent), il est devenu beaucoup plus dur à obtenir.

 

6- La communauté française à Singapour

La promesse : 10,000 selon l’Ambassade, plus proche de 15,000 en réalité. L’importance de la commuauté française à Singapour permet de se rassurer. Il y aura toujours des compatriotes pour vous aider et la France dispose de structures en place pour vous aider (FCCS, Ambassade,…) sans compter tous les services privés à destination des français qui vous aideront à vous installer et à vivre sur place.

Evolution du nombre de français à Singapour

La réalité : le nombre de français est un atout et un problème. Compte-tenu de la taille de la communauté, vous n’êtes plus qu’un numéro dans la masse et décrocher un simple entretien avec le service RH débordé de la chambre de commerce française à Singapour (FCCS) n’est pas facile.

 

7- Exporter l’art de vivre à la Française

La promesse : il est facile de devenir millionaire en vendant du pain et du vin*** (Amen).

HLJL5828

La réalité : les entrepreneurs qui veulent monter un business dans le vin avec le meilleur sommelier du Kazakhstan sont légions. Quant aux boulangeries, il y a en 3-4 qui se lancent par mois et la concurrence est brutale en F&B.

 

Conclusion : retour à la réalité ?

Le but de l’article n’est pas de vous décourager de venir à Singapour mais plutôt de décrire la réalité de la Cité-Etat, loin des reportages des médias. 

 

J’en profite pour anticiper les commentaires du type :

    • “C’est pas vrai, moi j’ai eu mon visa en 2 jours”  ça ne veut pas dire que tout le monde a son visa en 48h.
    • “Tu veux limiter la concurrence” Si je voulais vraiment limiter la concurrence, je fermerai le blog (comme beaucoup de personnes me l’ont suggeré, voire carrément demandé lors de rencontres)
    • “Geu nid korak” spéciale dédicace pour Polzie (hmmm tu ne sais pas qui est Polzie ?)

 

* En fait un nombre croissant de français a déjà franchi le Rubicon : 2 options, soit un HDB proche du centre-ville, soit un condo dans les banlieues loitaines. Mais l’interêt est le même, économiser sur le loyer (ou alors revenir vivre en France). 

**Page Wikipédia : Zerg

*** Par contre à priori personne n’a tenté pour le Boursin.

Partager

Auteur du blog Paris-Singapore, boit 8 cafés par jour pour se tenir éveillé et lit des gros livres pour paraître intelligent.

  • Excellent article ! Habitant depuis 15 mois en HDB, je confirme que “ca n’est pas forcément un mauvais choix”. Surtout quand on habite a quelques pas d’amis résidant dans un condominium ;)

    • EastCoaster

      Un billet sur les HDBs qui sont effectivement une alternative interessantes aux condos et qui offrent une veritable experience culturelle … http://eastcoast.canalblog.com/archives/2013/08/22/27836797.html

    • Merci Sandra pour le lien :) J’ai vécu en HDB et mon meilleur souvenir reste mes voisins (que je vois toujours régulièrement).

  • EastCoaster

    J’ai envie de dire que pour une famille, certains avantages lies aux impots en France n’existent pas a Singapour… Lorsque l’on rajoute cotisations sante + ecoles ca represente vite un beau pourcentage sur le revenu que ne renierait pas un pays scandinave…

    • Mathias AdP

      Tres juste, pour les familles avec enfants, 2 parents qui bossent, l’IR (impot sur le revenu) serait un peu plus eleve en France, mais si tu rajoutes l’ecole francaise, la securite sociale + cotisation retraite (et que ce n’est pas couvert par l’entreprise, et oui les contrats d’expats c’est une minorite quand meme) d’un point de vue financier, c’est pas forcement mieux ici.

  • EastCoaster

    Tu connais beaucoup de piscines olympiques dans un condo du centre? Elles sont souvent de plus en plus rachitiques non? Pareil pour les tennis… de plus en plus souvent absents des nouvelles constructions il me semble #firstworldproblems :)

    • Certaines piscines sont symboliques, parfois je me demande même qui y va (ça ressemble plus à des fontaines décoratives dans certains cas).

      Les développeurs ont compris que les gens ne payent pas pour utiliser la piscine mais pour pouvoir dire “J’ai une piscine” à leur amis

  • SEMAINE

    Merci infiniment pour ce ton “honnête”, Nous sommes en “préparation à l’expatriation” (famille de 3 personnes 34ans, 30 ans et 1an) Et de lire un blog rationnel sur la vie à Singapour, et bien contre toutes attentes me rassure! Alors simplement merci pour le temps passé ( et vraisemblablement le nombre de cafés bus) Un blog d’une utilité certaine pour notre projet familial, MERCI. Marion

    • Merci, n’hésitez pas à lire d’autres blogs (notamment ceux tenus par des familles) afin de vous rendre compte de la réalité de la vie à Singapour, loin des reportages de la télé française.

      Même si Singapour est considérée comme une destination d’expatriation “facile”, cela reste une expatriation ce qui n’est jamais simple car c’est toujours une aventure humaine avec de nombreux aléas.

      Mais en général les français adorent Singapour :)

  • Geraldine Ruiz

    Cela fait un mois et demi que nous sommes là et je ne peux rien ajouter d’autre à part le fait qu’il est difficile d’etre si dependant des taxis/transports et que des qu il pleut ou que c est une heure de pointe ca peut vite devenir tres stressant.
    Alors c est sur je ne viens pas de Paris donc je n ai peut etre pas les bons points de comparaison mais se rappeler que Facebook n est qu une facade et que bien que les condos aient la piscine la vie peut y etre assez impersonnelle tant le nombre de gens y résidant est impressionnant!!! Une expatriation comme le dit si bien Louis reste une aventure aléatoire et le mal du pays vous prend parfois par surprise. Merci encore Louis pour ce blog toujours très vrai!

    • Merci Géraldine pour le commentaire.

      Comme tu le soulignes, les problèmes aux heures de pointes dans les transports en communs ne font que s’accentuer. Quant au mal du pays, il intervient souvent quant on s’y attend le moins… L’expatriation reste une aventure unique où l’on apprends beaucoup sur soi-même.

  • ANN seche

    in Singapore more than 80% of the population live in HDB and 90% of the them are owned by the proprietaires. Unlike in Europe where social housing are built for the poor, umemployed, RMI, HDBs are occuped by local professionals like engineers, financial controllers, executives, accountants etc. Having said that a HDB cost around $500 000 upwards for the 5 rm type with 3 bedrooms. And it is common for owners to spend around $100 000 for renovating their HDB. So in effect there is nothing to be ashamed about living in a HDB.

    You will never get to see burnt cars by voyoux like what I have seen in a HLM in Blanc Mesnil, a suburb outside Paris. Nor do you get drug trafficking or prostitution lurking in HDB estates like in the HLM. And this applies to every HDB estates in Singapore. You will also not see clochards in HDB areas or anywhere in Singapore.

    In fact, all HDB comes with all amenities like olympic size swimming pools, well-stocked public libraries and the clinics (all walk-ins) are just a matter of 5 mins walk away at times. I would rather live in a HDB than a condo due to all these conveniences.

  • Aurore Van Hoof

    Et bien voilà, je ne suis pas expat et je vis à Singapour depuis 7 ans et ça fait du bien de lire un peu de réalité !!… la plus part du temps je lis des trucs genre : oh non, y a pas de petits gervais comment allons nous faire, ou bien les gens sont désagréables et ne nous disent même pas bonjour … !!
    Certe Singapour n’est pas le pays dans le quel j’aimerais finir mes jour et on est bien loin du pays des “Bisounours” mais j’ai l’impression que la plupart des expats vivent dans une bulle.
    J’en avais rencontré une qui après 5 ans, ne connaissait aucun Singapourien et ne parlait toujours pas Anglais. pincez moi, je rêve.
    Enfin voilà, j’ai tant de choses à écrire sur Singapour mais je n’ai pas de Blog. Va falloir que j’y penses

    • Merci Aurore :)

      Je pense que vivre à Singapour revêt une réalité totalement différente en fonction des revenus que vous avez et il est probable que certaines personnes ne fréquentent que des “amis” ayant des revenus similaires ou faisant partie de la même classe sociale.

      Ainsi il y a beaucoup d’incompréhension dans la communauté des Français à Singapour, certains ne comprennent pas (et n’imaginent même pas) que l’on puisse vivre à Singapour sans être expats et sans gagner 20,000$ par mois (et inversement) ou alors vivre en HDB.

  • fasinga

    Soyons clairs: si vous êtes expat (par exemple américain) à Paris, vous mettrez vos gamins à l’école américaine qui coûte $50,000 par an, dépenser facilement 3,000 euros par mois pour loger la famille dans un quartier décent sans dépendre de la voiture, et faire face à une population qui refuse de parler l’anglais, quand elle ne se montre pas hostile aux étrangers, fussent-ils même américains. Alors, tout ces stéréotypes sur Singapour s’appliquent pour toute ville du monde de taille comparable… Essayez Londres, NYC, ou Tokyo par exemple (et pourtant j’adore le Japon)… Je dirais juste que si vous partez de France pour chercher à vivre comme en France, autant rester chez soi!
    Alors au lieu de vouloir vivre comme si vous étiez à Meudon, mettez vos enfants dans une école locale, mangez dans les petits restos de quartier peu onéreux, prenez une assurance privée (essayez NTUC ou AIA) qui couvre tout pour moins cher que la Sécu, habitez dans un condo en-dehors du CBD pour avoir un jardin tropical et une grande piscine, et vous aurez une qualité de vie totalement différente de ce que vous auriez en France, et à Paris en particulier! Apres tout, c’est l’été toute l’année et le système récompense ceux qui travaillent… En offrant la possibilité de devenir Résident Permanent assez rapidement (ce qui permet de cotiser au système de retraite local, pas degueu du tout).

    • Merci pour le commentaire fasinga :)

      A chacun de voir ce qu’il souhaite comme train de vie. Il y a des français qui ne supportent pas Paris et il y a des parisiens qui ne se voient pas vivre ailleurs que dans la capitale. Et pourtant les deux peuvent être très heureux :)

      Je ne pense pas qu’un mode de vie soit meilleur que l’autre, il y a juste des aspirations différentes en fonction de personnes différentes (Sur ce je retourne dans mon HDB!)