Les petits boulots à Singapour

Mea culpa. Cela fait près de trois semaines que le blog est en vacances, la faute au parcours fantastique de l’Equipe de France de Football en coupe du monde.

Maintenant que nous sommes Champion du Monde (x2 ⭐️⭐️), je peux donc reprendre une activité normale. C’est à dire écrire des articles, tester des brunchs et répondre aux nombreux emails des lecteurs (qui s’accumulent depuis plusieurs semaines).

C’est d’ailleurs suite à de nombreuses questions sur le sujet que je vous propose donc l’article du jour sur les “petits” boulots dans la Cité-Etat.

 

Situation à Singapour : Été 2018

Singapour est une destination de plus en plus attractive. La ville abrite près de 20,000 compatriotes (seconde communauté française en Asie). Et chaque Été, toujours plus de Français viennent tenter leur chance dans la Cité-Etat.

Dans les années 2000-2010, la majorité des Français venait plutôt pour des jobs très qualifiés. Et présentait un profil relativement homogène de CSP++ pour simplifier à l’extrême.

Ang Mo Kio Singapour

Or depuis, le portrait type de l’expatrié a évolué. La Cité-Etat devenant de plus en plus populaire, les entreprises n’ont plus eu besoin de faire beaucoup d’efforts pour attirer les candidats au départ.

 

Des profils plus variés

Les packages expats ont fondu comme neige au soleil, et de plus en plus de Français ont débarqué dans la ville avec des profils plus variés. Si les Cadres de direction sont toujours présents, des profils plus humbles tentent également l’aventure.

Cafe Merci Marcel a Tiong Bahru

Il n’est plus rare de voir des ang-mohs (surnom donné aux caucasiens à Singapour) travailler en tant que serveurs, réceptionnistes, professeurs de sports ou encore vendeurs de thé.

 

Les petits boulots à Singapour

La majorité des petits boulots à Singapour sont occupés par des étrangers venant du reste de l’Asie du Sud-Est, de la Chine et du sous-continent Indien.

Les petits boulots à Singapour

Outre la proximité avec Singapour c’est surtout la différence de rémunération qui rend la ville si attractive. La plupart d’entre eux viennent travailler à Singapour pendant quelques années et économisent la majorité de leur salaire qui est ensuite envoyé dans leur pays d’origine.

Cette main d’oeuvre est relativement abondante et bon marché. Ce qui maintient une pression sur les salaires en les gardant à des niveaux très bas. Alors même que Singapour est une des villes les plus chères du monde.

 

Une concurrence régionale

C’est pourquoi de nombreuses prestations de services qui sont parfois chères en France sont beaucoup moins onéreuses à Singapour (notamment les soins à la personne). Tout simplement parce que les salaires sont plus faibles.

En venant à Singapour, sur certains postes, vous êtes en concurrence directe avec cette main d’oeuvre qui parle souvent plusieurs langues, est plus flexible, plus malléable et surtout coûte moins chers. Il faut donc mieux pouvoir se différencier de la masse.

Cela peut-être une langue européenne ou une qualification pointue que sera votre marque de fabrique. Car si vous ne pouvez justifier ce côté “unique” il va être dur de trouver un travail, mais surtout de décrocher un visa (ensuite).

 

Le problème des visas

La majorité des Français de la ville sont sur des “Employment Pass” qui sont sujets à des seuils de salaires et de diplômes. Pour les petits boulots dans la Cité-Etat il faudra passer le plus souvent par des “S-Pass” ou “Working Permits”.

Constructions Singapour

Attention, les différents visas de travail à Singapour n’ouvrent pas aux mêmes droits. Par exemple si vous êtes sur un “S-Pass”, vous n’avez pas le droit de faire venir votre conjoint (sauf si vous gagnez plus de 2,800$).

Le détail des visas est disponible dans cette article (lecture fortement conseillée pour éviter les mauvaises surprises).

 

Des Français partout

Mais alors pourquoi est-il possible de voir des Français être réceptionnistes ? Tout simplement parce que dans l’industrie du luxe et dans les établissements haut de gamme, il y a toujours de la place pour les profils Français qui ont des qualités uniques.

Ville de Singapour

Sans compter le fait que si vous avez un garçon de café “Ang Moh” dans votre bistrot préféré, vous le remarquerez sans doute plus que ses autres collègues. Même si cela devient de plus en plus communs.

 

Le parpaing de la réalité

Donc non, ce n’est pas une bonne idée de venir chercher un travail à Singapour en tant qu’ouvrier du bâtiment ou encore chauffeur de bus.

Construction a singapour

Mais si vous avez certaines qualités rares ou un profil recherché, alors même avec des diplômes limités il est possible de décrocher un travail (et un visa) dans la Cité-Etat. Pourvu que vous visiez les bonnes entreprises.

“Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions” –Boulet 

Cet article n’a pas pour but de vous décourager de tenter votre chance (et si cela a cet effet, il faudrait sans doute reconsidérer vos facteurs de motivations).

Juste de vous mettre en garde et de faire un “reality check” avant d’aller saborder votre PEL et sauter dans le premier A380 en direction de la Cité-Etat.

Sur ce vous dit à bientôt pour un café (sans sucre) à Singapour !