Faire du ski à Niseko (Japon)

[Mise à jour en 2019] Le premier article que j’ai écris sur Niseko date de 2015. Et depuis je n’ai pas manqué une seule saison à Niseko. Or la popularité croissante (euphémisme) de la station du Nord du Japon mérite une petite mise a jour.

Où se trouve Niseko ?

Niseko se situe dans le Nord du Japon sur l’île d’Hokkaido, à environ 2h30 d’avion de Tokyo. Grâce à la qualité et à la quantité de neige qui recouvre Niseko chaque Hiver, la station a gagné une aura internationale qui attire skieurs et snowboarders du monde entier.

Niseko Hirafu

Car Niseko est devenue LA destination pour les sports d’hiver en Asie. A l’instar de Whistler au Canada, la station de ski est la plus connue du Japon. Et surtout sa popularité ne cesse de croître.

Mais pourquoi alors se rendre à Niseko si c’est déjà un endroit super connu ?

Parce que les pentes du Mont Niseko-Annupuri (qui ne culmine qu’à 1,308 mètres d’altitude) offrent une des meilleures neige du monde. Rien que ça.

Le Domaine skiable à Niseko

Il est relativement petit ! Le station de Niseko est en fait composée de quatre stations (Annapuri, Hirafu, Hanazono et Niseko Village) dont les pistes se rejoignent au sommet. Ainsi vous pouvez commencer votre journée à Annapuri et la finir à Hanazono si vous le souhaitez.

Niseko (Grand Hirafu)

Dans l’absolu le nombre de pistes n’est pas très important et surtout celles-ci sont beaucoup moins longues qu’en Europe. Le hors-piste augmente nettement le nombre d’endroits skiables mais vous restez très loin d’un domaine comme les 3 Vallées en France.

Outre les quatre principales stations, vous avez également la toute petite station de Niseko-Moïwa qui est à environ 5 min de bus d’Annapuri et qui a bon goût d’être relativement vide. Bémol cependant : il n’y a que trois téléskis.

Les pistes sont loin d’être aussi encombrées maintenant presque aussi encombrés qu’en Europe. La rançon de la gloire.

Domaine skiable Niseko

C’est un des challenges de la station : les promoteurs immobiliers ont construit beaucoup d’immeubles et de chalets MAIS le domaine skiable est resté le même. Il y a donc beaucoup plus de monde sur les pistes qu’il y cinq ans.

Cependant les gestionnaires des pistes ont pris conscience de la situation :

  • Remplacement des téléskis et télécabines les plus anciens.
  • Extension des horaires de skis de 8h30 du matin à 22h00 sur certaines pistes.
  • Projets d’extension des pistes sur les côtés de la montagne à l’Est (Hanazono) et à l’Ouest (Moïwa).

Pour l’instant il faut continuer à se partager les pistes mais avec plus de monde. Mais Honnêtement l’intérêt des pistes à Niseko est limité. Certes il y a des sections sympas mais ça ne casse pas trois pattes à un canard.

Venir à Niseko pour rester sur les pistes c’est comme acheter un appareil photo reflex et le laisse en mode auto: vous pouvez vous vanter d’en avoir un mais vous passez à côté de l’expérience (qui justifie son prix par ailleurs)

La poudreuse à Niseko ❄️

Niseko c’est probablement une des meilleures neige du monde. Il neige presque tous les jours et chaque jour vous avez un joli manteau de poudreuse. C’est juste un rêve. Pas de canons à neige, uniquement de la vraie neige qui recouvre toute la montagne d’un épais tapis de poudreuse.

Domaine skiable à Niseko (Japon)

Et cette poudreuse permet d’aller faire du hors-piste confortablement. Pour faire simple vous avez deux types de hors-piste à Niseko.

Le hors-piste dans les arbres entre les pistes et le hors-piste en dehors du domaine skiable. Le premier est une façon sûre de tester ses capacités et s’initier au slalom entre les arbres sans risque de se perdre. Cela permet aussi de voir que la technique c’est bien, mais qu’il faut beaucoup d’engagement.

Faire du snowboard à Niseko

Le second est tout l’interêt de Niseko, vous descendez au milieu des arbres dans un océan de poudreuse. Vous avez de la neige jusqu’aux genoux et parfois jusqu’aux hanches lorsque vous descendez les pentes.

Snowboard à Niseko

C’est juste fantastique. Cela ne se voit pas sur les photos mais je suis H-E-U-R-E-U-X ! C’est littéralement du surf sur de la neige. Vous redécouvrez le snowboard. Vous avez envie de tout quitter pour vivre dans le Nord du Japon. J’exagère à peine.

Hors-piste à Niseko (Japon)

En revanche faire du ski / snowboard dans la poudreuse hors-piste est beaucoup plus fatigant que sur des pistes damées… Donc mieux vaut avoir l’habitude et une bonne condition physique.

C’est une des choses qui n’a pas changé : la neige est toujours aussi fantastique. Il faut juste se réveiller tôt le matin pour en profiter car vers 10h00, toute la poudreuse a déjà disparu.

Des conditions dantesques (météo et températures) 🌨

Neige tous les jours, peu de soleil et celui-ci se couche très tôt. Après 16h30 il fait déjà sombre. Il peut également arriver que la visibilité soit mauvaise rendant les descentes relativement pénible car vous ne voyez absolument rien à 5 mètres.

Il fait très froid à Niseko

L’interêt du ski de nuit est également limité. Les pistes ne sont pas aussi bien éclairées qu’en Corée mais surtout la température descend très vite à partir de 18h00. J’ai testé deux soirées puis j’ai abandonné. Mieux vaut se lever tôt pour profiter de la neige fraîche le matin !

Seul interêt du ski la nuit : il y a moins de monde sur les pistes damées donc les débutants ont plus d’espaces pour se tamponner s’entraîner.

La station de Niseko

Il y a à peu près autant de skieurs que de snowboarders. Et en général la cohabitation se passe plutôt bien. D’un point de vue perso je trouve que Niseko est plus sympa en snowboard qu’en ski mais c’est juste un point de vue personnel.

L’autre chose à savoir c’est que les Japonais doivent représenter moins de 5% de la population à Niseko pendant l’hiver. Rien d’étonnant, Hokkaido est une île peu peuplée et les prix y sont plus élevés dans dans le reste de l’archipel. Du coup les japonais favorisent plutôt les stations de la région de Nagano facilement accessibles en Shinkansen.

NIseko il y a beaucoup de monde

La majorité des visiteurs sont étrangers ce qui donne à Niseko une ambiance très internationale et pas très japonaise.

D’ailleurs pendant longtemps les Australiens ont formé leur principal contingent de visiteurs dans le Nord du Japon mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Les Chinois sont devenus les premiers visiteurs à Niseko. Non pas que les Australiens se soient détournés de Niseko. Juste que les sports d’hiver sont devenus populaires auprès des asiatiques et que maintenant les Chinois débarquent en masse dans le Hokkaido.

Queue a Niseko

L’afflux de visiteurs étrangers se traduit par plusieurs conséquences :

  • Tout est en anglais : pas besoin de parler japonais du tout à Niseko. Pas super pour le côté dépaysant mais tout de même pratique.
  • Il y a beaucoup plus de monde sur le bas des pistes et dans les aires pour les débutants (clairement c’est l’embouteillages et il faut vraiment faire attention en bas des pistes).
  • Il y a maintenant beaucoup de visiteurs qui ne font pas de ski / snowboard. Ainsi les stations de Niseko développent de plus en plus les activités en dehors des sports d’Hiver.
  • Accélération du développement des infrastructures dans la station. En même temps pas sûr qu’avoir un Park Hyatt en bas des pistes d’Hanazono soit super utile pour le commun des mortels ;)

Mais surtout une frénésie immobilière s’est emparée de Niseko. Il y a des immeubles (Souvent pas très beaux) qui sont construits très rapidement. soyons honnête: la station n’a jamais été très jolie, et à priori le bétonnage massif du bas des pistes ne va pas arranger les choses.

Comment aller à Niseko depuis Singapour ? ✈️

Il n’y a pas de vol direct entre Singapour et Sapporo (New Chitose Airport) durant l’Hiver donc vous avez le choix entre :

ANA Tokyo Narita Avion

Singapore Airlines (escale à Osaka ou Tokyo): totalement hors de prix, même en classe éco. Ne perdez pas de temps à consulter les tarifs. Même les sièges “redeemables” avec des miles sont tous réservés 12 mois à l’avance (même en PPS il faut harceler la hotline de SIA).

Scoot Airlines (direct en théorie): Scoot a lancé un vol direct Singapour <> Sapporo en 2018. Plein d’amis l’ont pris pour l’Hiver… Et Scoot a ajouté une escale de 3h à Taipei sans préavis. Evidemment il était possible de demander un remboursement mais bonne chance pour trouver des billets raisonnables quelques semaines avant les vacances. A fuir sauf si vous aimez les risques.

ANA ou JAL (escale à Tokyo): les compagnies ANA et JAL font toutes les deux une escale à Tokyo mais ne sont pas les moins chères.

AirAsia (escale à Kuala Lumpur): vous pouvez passer par Kuala Lumpur via AirAsia mais vous devez acheter les tickets séparément. Et du coup en cas de retard, vous ne serez pas couverts par AirAsia vu que les tickets sont séparés (les billets ne sont pas chers mais AirAsia reste une low-cost).

Thai Airways (escale à Bangkok): légèrement plus long que le reste mais aussi moins cher. Sans doute un bon compromis entre le low-cost et le duo ANA/JAL.

Cathay Pacific (escale à Hong-Kong): le seul intérêt de Cathay c’est d’avoir un des derniers vols international de la journée qui arrive à Sapporo (CX580). Par ailleurs les bus qui font les transferts aéroport <> Niseko vous attendent si le dernier vol Cathay Pacific est en retard (ce qui est plutôt cool).

[NDLA] Si vous passez par ANA ou JAL via l’aéroport de Tokyo Haneda vous devrez ré-enregistrer vos baggages et changer de terminal. Et souvent le transit est court (moins de 90 minutes), mais pas de souci, il y a des guichets spéciaux et dédiés pour les vols pour Sapporo et vous ne raterez pas votre correspondance (vive la Japon où tout est super bien organisé).

Snowboard bag burton plane

[NDLA2] Nous prenons ANA depuis 4 ans. Nous avons un sac de snowboard (le Burton Wheelie Gig Board que vous voyez sur la photo ci-dessus, environ 160cm) qui passe sans souci en soute et surtout sans surcoût. Sans compter que les horaires des vols sont plutôt bons depuis Singapour. L’autre raison pour ANA c’est que Celle-dont-on-ne-doit-pas-nommmer-le-nom peut abuser de ses privilèges chez Star Alliance.

Comment aller de New Chitose à Niseko ? 🚌

L’aéroport de Sapporo (Le New Chitose Airport) est situé relativement loin de Sapporo. Il faut environ 45-60 minutes de train (selon que vous preniez un train express ou normal).

Bon à savoir : pour aller de l’aéroport de New Chitose à Niseko vous ne passez PAS par Sapporo.

A l’arrivée au New Chitose Airport, le plus simple est de prendre un bus dans l’une des très nombreuses compagnies qui font la liaison entre l’aéroport et Niseko.

Transports à Niseko

D’habitude nous prenons la compagnie “White Liner” pour l’aller et pour le retour “Chuo Bus”. La différence? White Liner a plus de créneaux horaires et le staff parle un peu anglais. Chuo Bus a moins d’horaires mais les tickets coûtent 50% moins chers. Dans les deux cas il faut réserver à l’avance.

Le train est une fausse bonne idée : j’adore les trains au Japon mais pour aller de New Chitose Airport aux stations de Niseko (Kutchan, Niseko et Hirafu) il faut changer 2 ou 3 fois et il n’y a pas beaucoup de trains. Et surtout c’est plus long. Et surtout avec les baggages c’est galère. Donc optez plutôt pour le bus.

Hébergements à Niseko 🏡

Nous sommes restés dans une auberge de jeunesse au bas des pistes du côte de Grand Hirafu. Avantage : pas besoin de prendre le car / navette le matin et vous êtes au coeur du village. Inconvénient : c’est totalement hors de prix.

Hôtels à Niseko

Nous avons longtemps hésité à prendre quelque chose de plus loin et nécessitant une navette mais au final c’était le bon choix. Le problème des nombreuses navettes (qui sont quasiment toutes gratuites) c’est qu’elles sont blindées aux heures de pointes et qu’il n’est pas rare de devoir attendre la navette suivante… Si vous pensiez échapper aux heures de pointes du métro c’est raté !

Plus sérieusement, les hébergements au bas des pistes sont moins sympas et beaucoup plus chers que ceux qui nécessitent des navettes mais c’est un vrai plus. Outre le fait de pouvoir skier quand vous voulez, c’est surtout que vous êtes dans le village et que c’est beaucoup plus pratique pour les repas, les courses, les locations d’équipement,…

Niseko la nuit...

Bon à savoir : le village de Grand Hirafu c’est plutôt les jeunes et les couples sans enfants. Annupuri / Niseko Village c’est les japonais, les familles et les autres pays asiatiques. Et Hanazono, je me demande encore qui dort la nuit là bas. Sérieusement, c’est juste super loin de tout et tout coûte super cher dans leur camp de base.

Quelques hôtels vraiment pratiques à Hirafu (attention les prix peuvent décoiffer) :

  • Niseko Alpen : la meilleure location pour un ski-in/ski-out sur Grand Hirafu.
  • Ki Niseko : au pied du télécabine du Grand Hirafu. Moderne et stylé.
  • Niseko Prince Hotel : pas loin du Niseko Alpen mais surtout il y a un Onsen extérieur qui donne sur les pistes.
  • Alpen Ridge : appartement classe au pied des pistes.
  • Chalet Ivy : les appartements vraiment trop cool que je pouvais voir depuis ma chambre.
  • Owashi Lodge : auberge de jeunesse un peu vieillotte, douches et toilettes sur le palier. Coûte plus cher qu’un 5***** à Bangkok mais c’est sans doute le ski-in/ski out le moins cher de Niseko.

Pour ceux qui aiment les hôtel “tout inclus” alors il y a quelques choix

  • Hilton Niseko : il y a un télécabine DEVANT l’entrée. Le terme ski-in / ski-out prend tout son sens. Les chambres sont vraiment grandes pour le Japon.
  • The Green Leaf : moins cher que le Hilton et surtout avec un Onsen en extérieur. Sans compter qu’il fait un peu moins usine. Un bon choix pour Niseko Village.
  • Hotel Kanro no Mori : un peu excentré du côté d’Annapuri, l’hôtel Kanro no Mori est essentiellement destinés aux japonais. L’hôtel est très moderne dans certains aspects et aussi parfois délicieusement désuet. Une navette privée gratuite relie l’hôtel aux pistes (donc pas blindées comme les navettes publiques). Un des choix les plus japonais de Niseko.

Je vous laisse deviner dans quel endroit j’ai passé mes nuits… Si j’avais un budget plus important (c’est à dire si je gagne au loto -ce qui n’arrivera jamais car je ne joue pas-) je resterai au Ki Niseko ou au Niseko Alpen.

Niseko, Japon

NDLA: depuis 2018 nous louons un chalet + voiture avec des amis. Plus cher mais plus confortable. Seul souci : il faut se lever tôt pour avoir une bonne place au parking en bas des pistes et il faut prendre la voiture pour aller partout.

Les forfaits de ski

Le prix et la liste des forfaits sont disponibles sur le site Niseko United. La plupart du temps nous prenions un forfait “8 heures”. Encore une fois, la popularité de la station a entrainé une inflation spectaculaire des forfaits.

Un rare moment de soleil à Niseko

L’interêt des versants est vraiment fonction de votre niveau et de votre propension à aller faire du hors-piste. Hirafu, Hanazono, Annupuri et Niseko Village offre des expériences différentes. A vous de voir ce que vous préférez.

Mention particulière pour Niseko Village: ce versant se finit par un long chemin de croix quasiment plat jusqu’au vieux télécabine de l’hôtel Hilton (si vous faîtes du snow, n’allez surtout pas séjourner au Hilton…). La plupart du temps nous étions sur Grand Hirafu, Annupuri et Hanazono uniquement.

A la question faut-il acheter les forfaits à l’avance, la réponse est non. En effet les conditions climatiques de Niseko font qu’il neige tout le temps et les tempêtes ne sont pas rares.

Louis-Bernard Carcouet (Niseko)

En cas de vents, mêmes faibles, les téléskis / télécabines ferment immédiatement. Et parfois cela est très frustrant. Sans compter que vous pouvez vous retrouver coincés dans un versant sans pouvoir revenir à votre point de départ (vous devrez utiliser la navette gratuite qui est toujours remplie à craquer).

Du coup cela rend l’attrait du forfait “All Moutains” moins intéressant. Donc mieux vaut acheter ses forfaits pour la journée, et surtout regarder la météo pour choisir où aller pour la journée.

Location de skis / snowboards

Nous sommes passés par Rhythm Snow Sports pour la location du matériel la première année. Ok ce n’est pas les moins chers de la station mais il y a beaucoup d’avantages :

  • Ils sont ouverts de 8h00 à 22h00
  • Le service est rapide et pro
  • Vous pouvez récupérer votre matériel dès 15h00 la veille pour le lendemain sans surcoût
  • Vous pouvez changer d’équipement comme vous le souhaitez pour les packs premiums

Le dernier point mérite des explications: avec ma copine nous avons pu essayer plein de boards différentes (GNU, Capita, Stepchild, Roxy, Burton,…) en fonction de nos besoins (all-mountain, powder, snow park,…).

Capita Ultrafear Nisko

En gros nous passions tous les deux jours pour changer nos boards et à chaque fois le staff de chez Rhythm était super aussi bien sur les conseils que sur le service (en moins de cinq minutes nous avions nos nouvelles boards). C’est assez important à Niseko car vous n’êtes pas sûr de trouver “LA” bonne board tout de suite.

Snowboards Japon Rusutstu

Cerise sur le gâteau, les boards sont les derniers modèles dispo. Cela change des locations dans les Alpes où il faut supplier le mec et attendre 3 heures pour changer des boots qui font mal…

[NDLA] Nous avons acheté notre propre équipement donc plus de locations pour nous. Vu les prix des locations au Japon, cela est beaucoup plus rentable d’acheter surtout si vous y aller tous les ans. Seul bémol : beaucoup plus de logistique pour les baggages.

Coût du voyage

Inutile de le cacher, Niseko est une destination très populaire et très onéreuse. Entre les billets d’avions, l’hébergement, la location du matériel, les forfaits pour les pistes, la nourriture,… En moyenne nous dépensons entre SGD 3,000 et SGD 4,000 chaque année.

Mais surtout nous réservons de plus en plus tôt chaque année afin de réserver à des prix acceptables. Cette année nous avons réservé en Juin 2019 pour Janvier 2020 pour avoir les meilleurs prix.

Faire du snowboard à Niseko

Il est possible de payer moins cher en prenant un hébergement loin des pistes (il faut prendre une navette pour y aller), passer par une autre compagnie aérienne (et potentiellement faire plus d’escales), en apportant son matériel et en se nourrissant au convenient store uniquement (Seicomart, le seul lieu incontournable de Niseko)…

Conclusion

En dépit de la foule, Niseko reste le meilleur endroit pour faire du ski ou du snowboard au Japon. Alors oui le lieu n’est pas vraiment japonais et les queues aux remontées mécaniques du bas des pistes peuvent être longues… Sans compter que les prix ont subis une certain inflation.

Mais il n’empêcher qu’aller se faire un onsen après une journée à chasser la poudreuse c’est comme sympa. Surtout avec un bol de ramen ensuite.

Snowboard Annapuri

Le fait que nous vivons maintenant en dehors du village aide beaucoup. Nous subissons beaucoup moins la foule et surtout avoir la voiture permet d’aller dans des restaurants à Kutchan & cie qui sont inaccessibles pour la majorité des visiteurs.

De surcroît nous passons de moins en moins de temps à Niseko chaque saison et de plus en plus dans les stations alentours (Rusutsu, Moïwa,…) autant pour éviter la foule que pour trouver des nouveaux terrains de jeux.

Vue du sommet a Niseko

Dans l’absolu, faire du ski ou du snowboard à Niseko reste un luxe. Les autres stations du Japon sont moins chères (Nagano, Hakuba, Furano, Myoko,…). Mais Niseko, en dépit des challenges, reste un endroit unique.

Si vous cherchez une expérience plus japonaise je vous conseillerai Nozawa Onsen. Si vous avez un budget plus serré mieux vaut aller à Madarao Kogen. J’ai adoré ces deux stations, pour des raisons différentes, mais elles méritent votre attention si vous cherchez des stations à taille plus humaine.

N’hésitez pas si vous avez des questions. Et oui, je serai encore à Niseko l’année prochaine pour faire du snowboard :)

Plus d’informations :

16 Commentaire

    • Salut Alex,
      Nous sommes partis du 29 Janvier au 8 Février en 2016 et l’année prochaine nous partons mi-janvier (il faut éviter les périodes du Nouvel An Chinois et de Noël car cela beaucoup plus cher durant ces dates).

    • Yo!
      Un petit retour pour te remercier, puisque c’est quand même toi qui a fait germer cette idée dans ma tête à la base! ;)
      C’était vraiment énorme niveau neige, par contre Niseko Bof bof… Quasiment aucun japonais, même dans les commerces, bref j’ai vraiment pas aimé. On voyait que dalle donc on pas trop exploré l’étendue du domaine, mais tout ce qui était visible était tracé assez vite (bon toujours moins que chez nous on est d’accord!) et beaucoup de monde, même si là encore tout est relatif! Des buildings pour riches australiens, des prix exorbitants, bref Beeeerkh…

      PAR CONTRE, et là gros par contre, du coup on est resté qu’un seul jour à Niseko, et on est allé dans les stations alentours, Moiwa et Rusutsu. Et là, c’était juste géaaaant!!!!! Des japonais, moins de touristes, moins de buildings partout, et de la poudreuse vierge bien plus abondante partout!!!! Rusutsu est super bien pensé, tu pousses jamais, tu rides un max, vraiment mon coup de coeur. Moiwa est tout petit mais pareil, en me faisant la même ligne toute la journée j’ai quand même réussi à avoir des le fraiche tout au long de la journée, vraiment enorme!!!

      Et sinon j’a fait Hakkoda…et là…. OUAAAAAHHHHHHH!!!!! Je peux mourir heureux!!!!!!! Le titre d’endroit le plus enneigé au monde n’est pas usurpé… Un truc de malade…. Tout blanc partout, tout recouvert partout partout partout, vraiment incroyable!!!! Guide et ARVA oblogatoire pour le backcountry, bien moins cher, plus sauvage, 95% de japonais, une des meilleures expériences de ma vie…

      Sinon sur Hokkaido on s’est aussi fait Pippu, et Asahidake, c’était sympa mais moins enneigé.

      En tout cas merci et peut être à l’an prochain!!!!

    • Nooooon ne révèle pas Rusutsu!!!

      On était à Rusutsu cette année et on y retourne l’année prochaine. Enfin on logeait entre Niseko et Rusutsu et on prenait le bus pour aller sur la East Station directement pour être les premiers sur les pistes du côté de Heavenly Spirit / Canyon. C’est juste de la folie !! (Rusutstu c’est trop cher pour loger là bas, que des resorts). On prenait tous nos dej à Steambot je me rappelle ^^’

      Niseko il n’y a rien de japonais à part les vendeurs du Seicomart et les chauffeurs de bus. OK Niseko c’est techniquement parlant au Japon, mais on a l’impression d’être en Australie comme tu le soulignes.

      J’ai jamais tenté Kiroro car trop loin en voiture mais je pense le faire si il fait beau (apparemment tu peux voir la mer depuis le sommet des pistes). Moiwa c’est petit mais désert sauf dès que tu tombes sur les classes de neiges japonaises -.-

      Hakoda tu me donnes trop envie, j’ai pas encore réservé mais du coup je me tâte à descendre à Aomori. Mais c’est super loin de tout et je pense pas que j’ai assez de thunes (ni de vacances) pour tout faire en un voyage.

      Si tu veux une expérience vraiment japonaise va à Nozawa Onsen (pas loin de Nagano), on y est allé sur un coup de tête pour Noël cette année et c’était ouf. On est resté dans un Ryokan (auberge japonaise) et il y avait que des japonais dans la station. La neige est un peu plus lourde qu’à Niseko et la montagne est “OK” pour rider. Mais niveau expérience c’est le must. En gros t’y vas pour le côté japonais et les tonnes de neige mais ne t’attends pas à un truc énorme niveau snowboard (même si certains endroits sont sympas, c’est pas Rusutsu). Et genre ya personne à Nozawa Onsen la semaine, personne. Le weekend les gens de Tokyo viennent (la station est à 1h30 de Shinkansen de Tokyo) donc c’est un peu plus embouteillé mais la semaine c’est vraiment désert. Le top pour apprendre dans la poudreuse japonaise.

  1. Ouaaah, je me chauffe grave pour aller rider au japon en lisant ton blog!!!! Petite question, quand tu dis que les logements sont chers, il faut compter combien la nuit en auberge de jeunesse? Et la location du matos à la journée?

    • Salut Poulatak,

      Pour l’auberge de jeunesse, je paye 102,200 Yen pour 7 nuits pour une chambre double. Il y a moins cher avec les dortoirs (suffit simplement de trouver assez de potes). L’auberge où je vais est juste à côté des pistes (moins de 3 min à pied, donc un peu plus chère que les autres) >>> https://www.booking.com/hotel/jp/owashi-lodge.html?aid=849602 (Mais généralement elle est fullu book dès Septembre).

      Pour la location du matos (boots + snowboard) j’ai payé 30,000 Yen en 2016 pour 7 jours mais je suis pas allés chez Rythm (pas le loueur le moins cher). Je trouve que le Japon est assez cher pour la location du matos (mais en général le matos est bien mieux qu’en Europe ou en Corée). Depuis j’ai acheté mon propre matos :P

      Le reste du budget peut-être “serré” (cf. le reste de l’article), mais les sports d’hiver, cela reste un loisir de luxe dans l’absolu :)

    • Haha ouais je sais bien puisqu’il ici je claque déjà tout mon argent là dedans… je sais que ça va coûter bonbon, mais je suis prêt! En effet l’auberge dont tu m’as filé le lien est déjà complète! Après j’ai trouvé dés trucs sympa entre 20 et 40 la nuit mais pas au pied dés pistes . J’ai cru comprendre que généralement les bus étaient assez efficaces pour se rendre aux stations? J’avais une autre question, en dormant dans les dortoirs tu as pu rencontrer d’autres gens avec qui rider ? Je partirais seul ce qui me dérange pas mais ça peut être sympa de se faire dés sessions avec d’autres gens, locaux encore mieux!
      Et enfin sais tu si un board bag passe sans supplément en soute?
      Ah une autre question me vient à l’esprit, j’ai l’impression que ça a l’air beaucoup moins hostile et dangereux que les alpes(avalanches,crevasses, rochers et falaises par exemple) c’est juste une impression?
      En tout cas merci beaucoup de tes réponses et si tu y es en février on pourra peut être rider ensemble!
      Davy

    • En dortoir c’est un peu la roulette. Si tu tombes avec des australiens / européens / japonais c’est super simple et sympa (mais il faut parler japonais sinon plus compliqué). Par contre, pas trop de japonais à Hirafu, plutôt du côté d’Annapuri.

      L’autre truc à faire : prendre un cours pendant 2 demi-journées pour se faire des potes. J’ai fait ça la première année et c’était super. Le truc en plus : les instructeurs connaissent les bons spots en hors-pistes qui sont pas trop fréquentés (mais après ça dépend vraiment du mec sur qui tu tombes).

      Le problème des bus qui font auberges pistes c’est qu’aux heures de pointes ils sont blindés et donc il faut parfois attendre le bus suivant (surtout le matin en fait). Si t’es tout seul, reste au village. Si t’es dans une auberge super loin et isolé c’est galère (en groupe ça passe, évites tout seul).

      Pour les auberges : ne passe pas par les sites de réservations mais directement par le site (en général tout pourri et en jap) de l’auberge ou fais leur un email. Les mecs sont à la cool et ont parfois des places en rab à cause des annulations et ils te mettront sur une waiting list parfois (pas toujours).

      Pour le board-bag : j’ai un burton wheelie gig avec 2 full sets dedans (boards, fix, boots, casque pour ma meuf et moi) et je passe avec ANA sans aucun souci (je fais vol international puis ensuite domestique). Je me rappelle leur avoir écrit il y a plusieurs années pour leur demander (sinon essayes d’écrire directement aux compagnies). Aucun supplément ;)

      Pas dangereux du tout Niseko. Les seuls dangers qu’on voit pas trop dans les alpes : les branches basses des arbres, dès fois tu fais pas gaffe et tu tapes le casque mais ça reste OK (sans casque je pourrai pas te dire). Par contre les “trous” invisibles c’est un peu le coup de stress, dès fois tu tombes dedans et c’est grave flippant (il y a une video de Travis Rice dans the fourth phase au Japon où il tombe dedans) parce que c’est un peu comme une noyade / sable mouvant. Mais sinon en général je me suis jamais senti en danger, même tout seul. Après tu regardes vite fait si il y a des traces (ok en journée, le matin très tôt c’est toi qui ouvres parce que la neige recouvre tout mais c’est le meilleur moment).

      Le sommet : en gros après le dernier lift tu peux encore monter à pied (environ 20-30 min) au vrai sommet et re-descendre de l’autre côté de la montagne en full hors-piste. Le souci : le sommet est pas ouvert tous les jours et la visibilité est super mauvaise parfois donc aucun intérêt parce que t’en profites pas (tu peux pas te lâcher quand tu vois rien). Faut vraiment checker la météo tous les jours et voir quand il y a une “bonne” fenêtre pour y aller mais c’est le paradis. Ensuite si tu redescends de l’autre côté, tu peux arriver au milieu de nulle part et ça va être dur de rentrer ;)

      L’autre truc cool : les gens sont supers polis et respectueux, ça change de l’Europe. Gros gros changement et ça fait super plaisir de voir que tu peux rider sans prise de tête même dans le park (qui est un peu pourri, pas trop d’intérêt). Pas de collisions ou de mecs qui coupent les priorités dans les files, sur les pistes, à la cantine. Du coup l’ambiance est plus cool : des vacances quoi :)

      Niveau sécurité du matos pas trop de stress. Juste un peu l’année dernière parce que j’avais une nouvelle board et pas de lock. Mais en général je lock pas ma board quand je vais bouffer / prendre le café. Le Japon c’est safe. En même temps j’ai pas la board de Kazu donc c’est pas trop risqué.

      Dernier conseil : prends une go-pro et essayes de voir sur les forums US/Australie des gens qui y vont aux mêmes dates

    • Merci pour toutes ces infos! A part l’histoire de se noyer dans une crevasse je suis bien chaud! J’aime bien l’histoire dés cours ça fait un moment que je veux en prendre en plus c’est l occasion !
      Maintenant faut juste que j’arrive à me motiver à partir seul. Rider c’est quand même plus sympa à plusieurs! Et surtout plus sûr en hors piste! Du coup t’avais un arva ou pas? Autre question, t’as un gros niveau? C’est nécessaire pour toute cette peuf?

    • Pas d’arva mais en hors-piste je suis jamais seul (toujours quelqu’un qui peut me “voir” à défaut de me “suivre”).

      Pour le hors piste dans la poudreuse : tu te fatigues super rapidement, et si tu fais une chute c’est encore pire (pas facile de “repartir” dans la poudreuse si t’as pas beaucoup de pente) et il faut ne pas avoir de peur faire du slalom entre les arbres (c’est plus une histoire de confiance que de technique même si ça va ensemble).

      Je pense pas avoir un gros niveau, je fais du snowboard que pendant les vacances~ aucun problème (ou plutôt intérêt) pour les pistes donc je fais principalement du hors-piste (mais le hors piste au Japon c’est pas comme en Europe).

      A Niseko peu importe le niveau, il y a plein d’endroits pour s’éclater juste parce que la neige est vraiment magique. Donc pas trop un souci le niveau (même pour les débutants c’est top parce qu’avec la neige, les chutes sont pas un souci, t’as rarement des plaques de glace et j’ai jamais vu de la soupe). Attends pas d’être Kazuhiro Kokubo ou The Birdman pour aller à Niseko ;)

      La video GoPro shootée à Hakuba et Niseko https://www.youtube.com/watch?v=tXpXHoDKL64

      Le plus proche de ce que tu peux faire c’est ça
      https://www.youtube.com/watch?v=I_Z0Lr7LFiA

    • Super, billets réservés! Par contre, est ce que tu connais d’autres endroits sympas? Je compte descendre à Hakkoda qui à l’air juste irréel. Mais vu que je vais être au japon 14 jours, j’aimerais bien tester d’autres stations vu que visiblement c’est bien desservi par les trains c’est ça?

    • Je connaissais pas Hakkoda mais les photos ont l’air folles ! Par contre un peu petit comme trail map non? Et là tu quittes Hokkaido, tu reviens sur Honshu.

      Le débat Bus versus Train. Si tu es à Honshu, pas de souci pour faire bus ou train, c’est à toi de voir. Hokkaido je préfère le bus : moins cher, destination porte-a-porte et plus d’horaires. Et surtout si tu trimballes ton matos tout seul.

      On est plusieurs donc ça va (on regroupe les boards

    • Qu’ entends tu par porte à porte pour le bus?
      Après pour aller à hakkoda j’ai trouvé dés vols depuis sapporo à 40 balles !
      Tu sais si d’autres compagnies que ana et jet star font Tokyo Hokaiddo ?

    • Porte à porte : pas mal d’hôtels (et même les auberges de jeunesse comme Owashi Lodge) viennent te chercher / te déposer gratuitement à la station de bus local avec un mini-van, il suffit juste de leur demander. C’est super pratique si tu arrives en soirée comme ça tu galères pas à “chercher” l’endroit dans le froid avec tes baggages.

      Pour Tokyo > New Chitose Airport (Sapporo) : ANA, Jal, Air Do, Jet Star, Vanilla Air ou Skymark.

    • Cool, bon à savoir ça!
      Bon Ayé j’ai réservé avec skymark c’était les moins cher!
      Je retrouve plus mais tu as bien dit qu’avec ana les board passent sans problème? Faut les prévenir avant?
      Par contre je suis devant un dilemme. J’ai prévu de prendre ma board, une polyvalente free ride et beaucoup m’ont conseillé de louer une fois sur place. Ça aurait effectivement l’avantage de pas me trimballer ma board partout mais j’ai peur que ça fasse exploser un budget déjà gargantuesque pour 2 semaines… je me tatais même à m’ acheter une planche à poudre avant de partir…
      T as beaucoup loué là bas? Fallait compter combien à la journée?
      Après j’ai peur qu’en dehors dés gros trucs comme niseko ou furano ça soit pas toujours facile de louer dés bonnes boards … t’en penses quoi?

    • ANA sans problème pour les boards, j’y vais chaque année avec eux et jamais eu aucun souci (que ce soit en vol domestique ou international). Juste à l’arrivée à Tokyo il faut aller les chercher dans un endroit spécial (au truc des bagages encombrants). A Sapporo pas de souci, ils mettent les boards avec les autres bagages. J’avais écrit une fois au début et maintenant j’écris plus du tout.

      Pour certains c’est plus une question de technique de ride que de boards. C’est sûr que c’est sympa une board pour la poudreuse mais dès que tu sors de ça, ça a aucun intérêt. Donc pour le coup c’est vraiment à toi de voir. Pas forcément une question de longueur de board mais aussi de largeur.

      Le plus sûr c’est prends ta board et si ça passe mal tu fais de la location : tu prends un pack premium chez Rythm et tu peux switcher de boards autant de fois que tu veux. Tu peux même leur faire un email pour demander certaines boards, on avait fait ça l’année dernière pour que ma copine puisse essayer plusieurs boards. Les prix chez Rythm sont assez chers > mini 5,500 yens par jour. Limite ça te coute le prix d’une board. Les locations au Japon c’est cher… Le pire c’est que souvent des packs tout compris donc même si tu prends que boards+bindings ça reste cher.

      Niseko pas de souci pour louer des “bonnes” boards mais faut y mettre le prix. En revanche pour le reste, je sais pas trop. Une autre idée : acheter une board à Tokyo, les japonais sont fous de snowboard et les collections des années précédentes sont souvent bradées. Clairement c’est le meilleur spot pour acheter du matos mais seulement si il est en soldes (et oublies pas que tu payes pas la TVA!! Donc oublies pas de faire la détaxe en magasin). A Niseko & cie, tout est super cher donc aucun intérêt d’acheter un truc là bas.

      Un truc SUPER important: un facemask (ou truc du genre) + un masque avec une visière neutre (LTV moins de 10%): trop de neige et pas de soleil. Ça change la vie. Pas besoin de changer de visière tout le temps (inutile d’avoir des Anon M2 à 300$) donc n’importe quel système old school ça va.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.